Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 16:25

Chers lectrices et lecteurs, bonjour!

Votre blogueur de service s'en est allé aujourd'hui même, furtivement dit-on, dès potron-minet par les rues, ruelles, allées et impasses de son cher village, déposer dans chaque boîte à lettres... ou presque, le texte d'une interview de Monsieur Paul Hisson de Radio Chènevière réalisée le premier janvier de l'année.

Pour les amis lecteurs hors-les-murs, je le publie sans tarder.

Bonne lecture. Pardonnez-m'en la longueur, mais il faut bien expliquer les choses le mieux possible.

À bientôt, à très bientôt. J'ai cru comprendre que ça bougeait ici et là.

Votre blogueur de service.

---------------------------------------------------------------------------------

Édité aux frais de son auteur. Info : loi n° 2013-403 du 17 mai 2013, art. L. 52-8. Les moyens de propagande, même s’ils sont autorisés, ne doivent pas être financés par des personnes morales (par exemple la commune) à l'exception des partis ou groupements politiques.

MOINS 81 JOURS

ELECTIONS MUNICIPALES DE MARS 2014

Une interview de votre blogueur de service par Paul Hisson de Radio Chènevières

Paul Hisson de Radio Chènevières . Mr Fairise, nous sommes le 1er janvier 2014 et dans très exactement 81 jours les électeurs de Villey se rendront aux urnes pour élire leurs conseillers municipaux. Vous intervenez à votre manière dans les affaires communales soit par la diffusion de tracts soit par votre blog depuis avril 2011. Pourquoi n'avez-vous jamais été candidat depuis votre arrivée en 1998, lors des élections précédentes, et pas davantage pour cette prochaine élection ? N'est-ce pas contradictoire ?

André Fairise. Votre question est complète et excellente. Il m'est reproché régulièrement de me mêler des affaires de la commune alors que je ne me suis jamais présenté aux élections précédentes. Dès mon arrivée en 1998, je me suis rendu aux réunions du Conseil Municipal régulièrement. N'était-ce pas un signe de mon intérêt pour la commune dans laquelle je m'installais à peine ? Des élections partielles se font peu de temps après sans qu'on me demande si, éventuellement... Et la même chose pour les élections suivantes. Il me semble que cela a une signification.

P.H, R.C. Si je comprends bien, vous auriez aimé être sollicité, invité, prié ? Pourquoi ne pas prendre les devants et vous lancer, vous imposer dans la bataille locale ? Auriez-vous eu peur d'un échec ?

A.F. Professionnellement et j'étais dans le privé, je n'ai jamais postulé pour tel ou tel poste pensant que j'en avais éminemment la capacité. Des promotions sont venues et toujours avec des déplacements, des déracinements je dirai, parfois importants. Des promotions toujours à l'initiative de l'employeur. Il en a été de même dans mes engagements multiples sociaux et ecclésiaux. Quand j'en ai pris ici ou là, c'était toujours en réponse à un appel, à une demande.

P.H, R.C. À quoi attribuez-vous le fait qu'à aucune des élections précédentes, on ne vous ait jamais sollicité ?

A.F. Très bonne question encore ! Je ne me hasarderai pas à répondre à la place de mes concitoyens et particulièrement à la place des candidats sortants ou nouveaux. Eux le savent très bien. De plus, je ne poursuis aucune ambition personnelle, je n'ai aucun intérêt personnel à défendre, je n'ai aucunement à prouver quoi que ce soit. Seul, le service de la communauté m'intéresse si celle-ci le désire seulement.

P.H, R.C. Mr Fairise, vous me semblez un peu naïf, utopique et même irréaliste ? Vous savez que les choses ne se passent pas ainsi dans notre monde, et qu'en Politique, rien ne vous sera confié si vous ne vous en emparez pas d'une certaine manière.

A.F. Vous êtes fin psychologue et observateur éclairé. J'accepte ces trois qualificatifs que je prends plutôt comme des compliments. Ils me rappellent un de mes patrons quand je prenais la défense de certains membres du personnel ou de responsables associatifs quand je proposais telle ou telle action novatrice.

P.H, R.C. Décidément, ce n'est pas facile de vous suivre ! Venons-en à votre Blog, villey-sur-tille.partagelibre, pourquoi l'avoir lancé ? Un autre blog communal existait il me semble ?

A.F. Première réponse : l'un n'empêche pas l'autre, nous sommes dans un état de droit et chaque habitant peut créer un blog. J'ai d'ailleurs invité moultes fois mes concitoyens à en créer un. Pour ce qui de l'arrêt du blog municipal, il a été dit que j'en étais le responsable. Il est vrai que je me suis permis de poser une ou deux questions sur son fonctionnement. On a appelé cela du harcèlement ! On dit la même chose pour les questions posées aux élus !

Deuxième réponse : S'exprimer uniquement avec des tracts devient onéreux. Je n'hésite pas quand cela me semble important. C'est pourquoi, j'ai imaginé lancer un blog. Chaque fois que je me connectais au Blog de la municipalité, OVER-BLOG m'invitait en quelque sorte à créer mon propre blog. Cela m'a décidé à prendre le relai en quelque sorte. J'y ai pris goût rapidement et y prends à chaque article beaucoup de plaisir.

P.H, R.C. Cher Monsieur Fairise, Blogueur de service, signez-vous en terminant chaque article, qu'est-ce qui vous pousse à passer autant de temps à produire autant d'articles. Un de vos ami dit que sur ce plan, vous êtes 'très prolifique' ? Y-passez vous toutes vos soirées ? Il y a pourtant de beaux programmes à la Télé sur les dizaines de chaînes à notre disposition aujourd'hui. Décidément vous me semblez un cas qui mériterait une analyse approfondie.

A.F. N'avez-vous pas l'impression de sortir de votre rôle d’interviewer ? Mais, vous m'êtes sympathique et comme nous sommes entre-nous j'accepte de me livrer un peu, mais un peu seulement. Vous dites « Qu'est-ce qui vous pousse à.... ». Vous n'ignorez pas qu'en 2000 je suis parti de Villey vers Compostelle pour une marche en solitaire de quelque 1835 km qui a duré deux mois. Pourquoi ai-je été poussé à faire ce chemin ? Allez savoir ! Un défi, un challenge , une catharsis un an après ma mise à la retraite ? Trouvez celui qui vous convient pour ce qui de ce blog !

P.H, R.C. Parlons de manière plus précise de 2014. Vous avez déposé 'furtivement' a-t-on encore dit très tôt le matin et ce à trois reprises, trois tracts en novembre 2011, mars 2012 et août 2013 intitulés 'Moins 500 jours' ; 'Moins 365 jours' et 'Moins 180 jours' pour vous exprimer sur le scrutin communal de mars 2014. Quelle a été la réaction de la population, des élus ? Vous avez traités sur votre blog un certain nombre de sujets touchant à la gestion de la commune, bien informé que vous êtes en étant assidu aux réunions du Conseil Municipal. Pensez-vous que cela intéresse vos concitoyens ?

A.F. Demandez-le leur ! Invitez-vous chez quelques-uns et laissez-les s'exprimer et tenez-moi au courant ! Ce que je peux simplement répondre pour ma part, c'est qu'à aucun des trois tracts, qu'à aucun des articles publiés sur le blog je n'ai eu de la part d'aucun citoyen de réaction, ni négative, ni positive.

P.H, R.C. Vous n'avez rien dit de la réaction des élus ? Ne marchez-vous pas sur leurs plates-bandes comme simple citoyen, non élus par le peuple ?

A.F. La deuxième question me fait bondir ! Mais, commençons par la première. Bien sûr que si ! De deux ou trois élus seulement et d'une certaine manière je le regrette. Manifestement j'ai le sentiment et quelques réactions vives, peu amènes et parfois limites du premier magistrat, vous pouvez en trouver des écrits, que j'ai commis le crime de 'lèse-majesté' qu'il ne fallait surtout pas. J'ai eu droit aussi en réunion de Conseil Municipal à quelques autres réflexions.

Pour ce qui est des plates-bandes des élus, je répondrai que le citoyen ordinaire est responsable aussi de la chose publique avec tous les droits qui s'y rapportent, y compris de déranger le microcosme politique.

P.H, R.C. Comment avez-vous réagi ?

A.F. Comme j'ai cru devoir le faire après la parution du bulletin d'information annuel de fin 2012, par tract à chaque citoyen. Les réflexions verbales en Conseil Municipal font parties pour moi du jeu. Il doit se dire tellement d'autres choses en privé. Quand on prend la parole publiquement, on prend des risques. Je les prends en toute connaissance de cause. J'ai pris bien plus de risques en rédigeant des tracts syndicaux dans le passé.

P.H, R.C. Vous ne serez pas candidat en mars prochain, qu'attendez-vous du nouveau Conseil Municipal et du nouveau maire ?

A.F. Prenons les choses dans l'ordre. Avant d'avoir des élus nous allons avoir des candidats, une ou plusieurs têtes de liste peut-être. La nouvelle loi contraint les candidats à déposer une déclaration personnelle de candidature en Préfecture quand bien même ils se portent sur une liste. J'attends de chaque candidat un véritable engagement matérialisé par une profession de foi personnelle, j'insiste. J'attends de la tête de liste qu'elle développe le programme qu'elle aura élaboré avec ses colistiers. Le scrutin est libre quant au choix des électeurs parmi les listes si c'est le cas. Pour ma part, mon choix se fera en fonction de l'engagement personnel de chacun et j'insiste encore.

P.H, R.C. Mais, dans un petit village comme Villey sur Tille, tout le monde connaît tout le monde, non ? A quoi bon une profession de foi personnelle ?

A.F. Je suis présent, je l'ai dit à quasiment toutes les réunions du Conseil Municipal et je n'ai pas encore réussi à bien connaître mes concitoyens élus. C'est pourquoi, j'attends de chacun qu'il s'exprime sur son engagement qu'il soit sortant ou nouveau candidat et je tiens à ce qu'ils le sachent.

P.H, R.C. Cher Monsieur Fairise, nous allons devoir cesser notre entretien car je sens que nous pourrions y passer encore des heures et des heures. Souhaitez-vous que nous reprenions notre conversation après les élections ?

A.F. Cher Monsieur Paul Hisson, j'accepte votre offre mais je vous laisse le soin d'en prendre l'initiative. Je vous remercie de votre patience.

Partager cet article

Repost 0

commentaires