Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 19:55

Chers lectrices et lecteurs, bonjour !

La lecture, je devrais dire la méditation d'un texte de Daniel Guigou de mon quotidien, n'a pas manqué de me rappeler que chez moi, dans mon propre village, le fonctionnement de la démocratie est bien mis à mal. Tenez ! Depuis avril 2011 sur le blog, mais aussi par courrier, courriels avant, votre blogeur a posé un certain nombre de questions au premier magistrat, au Conseil Municipal, à tel ou tel élu directement concerné par tel ou tel sujet.

Quelles réponses ont été données précisément sur les sujets évoqués ? Quasiment aucune ! Sinon, des allusions plus ou moins bienveillantes et plus ou moins directes en réunion du Conseil Municipal ou sur quelque communication écrite municipale. Vous rappelez-vous de la fameuse émission politique, « Cartes sur table » du 21 janvier 1980, de Jean-Pierre Elkabbach recevant Georges Marchais ? Au cours de l'émission, ce dernier, énervé par les questions incisives du journaliste, lui aurait lançé : « Taisez-vous, Elkabbach! » .

C'est précisément ce qui a été écrit en mars dernier à propos de mon action citoyenne au cœur de la campagne électorale municipale « Stop, trop c'est trop ! ». « Reprenez la route, et ne nous importunez plus ! » Et d'autres choses encore !

Que dit Daniel Guigou ? Son sujet était tout autre certes, mais bien des points sont adaptables au sujet traité du jour.

Quand le pouvoir en place, quel qu'il soit et où que ce soit, estime qu'il n'a pas à répondre aux questions d'un simple citoyen pour des raisons que lui seul détermine, il ne respecte pas la démocratie ! Et, quand la démocratie n'est pas respectée, le citoyen n'est pas respecté ! Et, quand le citoyen n'est pas respecté, c'est la démocratie qui est chassée ! Dans une certaine mesure, c'est une certaine violence qui est exercée envers le citoyen ! L'homme conscient de cette violence exercée contre lui, dans certain cas, ne peut pas ne pas réagir violemment.

Aux yeux des autorités, sa violence est dangereuse non seulement parce qu’il passe à l’acte, parce qu’il montre ainsi qu’il n’est pas soumis, mais aussi parce qu’il révèle un abus. Un abus de pouvoir qu'il s'octroie sans état d'âme. Dans notre communauté locale, il renie les propres engagements pris quand il s'est présenté au suffrage électoral. Où est la transparence ? Où est la communication ? Etc, Etc.... Daniel Guigou ajoute encore et c'est fort, très fort, mais au fond, bien réel « En s’y opposant, le citoyen conscientisé, révèle d’une part un mécanisme qui rend esclaves les individus et nie la personne, et d’autre part le rôle des institutions qui renforcent leur pouvoir en se nourrissant de la complicité plus ou moins inconsciente des citoyens ou, du moins, de leur passivité coupable ».

Comment nous sentons-nous concernés par ces propos ? Nous sentons-nous appelés à notre responsabilité de femmes et d'hommes de ce début de XXIe siècle ? Une responsabilité qui est de tout instant et qui doit s'excercer tous azimuths. En notre qualité de citoyens bien sûr, là où nous vivons et ce n'est pas simple, mal compris de la plupart des élus et de bien des simples citoyens même. En notre qualité de consommateurs où il y beaucoup à faire alors qu'on nous a transformé de longue date en homo-économico-consommateur débridé. En notre qualité d'usagers de services publics, des réseaux routiers et autres. Chacun complètera cette liste non exhaustive.

Dans un prochain article, je listerai l'ensemble des questions demeurées sans réponses depuis mars dernier.

Bonne cogitation ! Élus et simples citoyens, laissez-vous aller à exprimer librement votre opinion dans un prochain commentaire !

À bientôt, à très bientôt.

Votre blogueur de service, agitateur d'idées, lanceur d'alerte, poil à gratter.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Clotilde Krol 27/11/2014 00:33

Bah, je n'ai rien compris a ce commentaire de voisin pas trop lointain.
Quelqu'un peut-il m'aider?

Un voisin pas très lointain 11/11/2014 15:13

Merci encore au pèlerin-blogueur de ses bonnes réflexions sur l'usage (ou le mésusage) de la démocratie et honte à ceux (et ils sont nombreux de tous bords et de tous horizons) qui piétinent les droits fondamentaux des citoyens.
Je ne peux comprendre comment des élus normalement constitués peuvent rester bouche bée et ne pas avoir suffisamment d'honneur pour ne pas changer d'attitude et reprendre un comportement normal (bien que la "normalité" soit bien bafouée depuis certaines déclarations de certain candidat). Grande question que cet honneur qui ne concerne pas légion !
Bien cordialement.