Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 02:09

 

Les puissants sont toujours effrayés quand les « sans voix » se mettent à parler.

 

 

Chers concitoyennes et concitoyens, bonjour !

 

''mais parfois je ne vous comprends pas''.

 

''d'où l'interêt dans notre commune de vivre en retrait et vivre que pour soit même''

 

C'est ce qu'écrit un commentateur anonyme le 22 septembre dernier.

 

C'est vrai que ce n'est pas simple d'intervenir dans le débat au sein d'une commune de moins de 300 habitants. A chaque instant et à propos de tout sujet, l'un ou l'autre élu, actuel ou précédent et même tous simples citoyens, peuvent se sentir visés, critiqués, attaqués voire victimes de délation comme cela a été dit lors du précédent mandat. C'est d'autant plus incompris que la tradition veut qu'en tout lieu, le Conseil Municipal en place opère sans contrôle, sans présence de citoyens aux réunions du Conseil Municipal... On cause bien ici et là, on commente telle ou telle décision, on critique les élus en petits comités mais rien d'officiel, de public et encore moins d'écrit ! Ainsi, les élus peuvent s'emparer tranquillement de la commune et en faire un pur objet de satisfaction personnelle en toute bonne foi souvent. Oh ! ce n'est pas une catastrophe en général, les moyens financiers étant restreints, l'activité principale se limite souvent à la gestion des affaires courantes. Quelle opération d'envergure y-a-t-il eu entre la distribution de l'eau courante dans les années 1970 et l'assainissement collectif initié par la municipalité précédente en 2013 ? Deux opérations qui ne sont pas financées par l'impôt mais par des redevances. Les élus en place n'ont rien proposé de substentiel en 2014. Après 18 mois de fonctionnement on attend toujours ! Le projet récent de rénover le logement de l'école a été accompagné de si... Cela reste une affaire courante de gestion en tout état de cause. Quels changements de physionomie de notre village depuis 20 ans ? Qu'est-il envisagé pour les 10 années à venir ? La crise a bon dos pour trouver des raisons de rester dans un "immobilisme " irresponsable.

Ceci étant dit, l'un peut trouver que je suis bienveillant, l'autre que je suis bien trop critique à l'égard de concitoyens qui travaillent pour la commune. Je cherche simplement à m'exprimer, dire ce que j'ai à dire, sans haine et sans crainte !

Reprenez l'article du 7 septembre dernier. J'y reprends une phrase de Jacqueline de Guillenchmidt qui écrit « je suis là » (Je traduis, présent aux réunions, attentif à ce que vous faites de votre mandat). Elle ajoute « Dire et faire comprendre, par principe : Je ne suis ni un ennemi, ni un adversaire. Même si vous êtes mon patron,(Je traduis, les élus de mon village) je ne vous considère pas comme mes adversaires. Je me réserve le droit de vous contester, mais pas en ennemi »

 

Délégué syndical pendant une dizaine d'années, j'ai eu à rédiger un certain nombre de tracts.

Mon patron n'était ni un ennemi, ni un adversaire. Il avait son rôle, j'avais le mien. Je contestais ce que j'avais à contester. J'ai eu ensuite un rôle inverse et ai bénéficié de '' contestations'' d'amis de tous syndicats dont celui auquel j'appartenais. Ils jouaient leur rôle et moi le mien ! Nous ne nous faisions pas la ''gueule'', nous avions la sagesse et l'intelligence d'entretenir des rapports normaux d'humains embarqués sur le même navire!

C'était librement que je suis devenu militant syndical. C'est tout aussi librement, je pense que nos élus ont fait acte de candidature que je sache, désirant l'être. Certains remettent ça après un ou plusieurs mandats, ou reviennent après une pause volontaire ou non. Elus, il faut faire, non ce qu'on peut, mais faire ce qu'il y a à faire, tout ce qu'il y a à faire. Si on se rend compte que la tâche est trop rude, que les conditions ne sont pas réunies pour apporter sa part librement, il faut savoir prendre la décision qui s'impose !

 

Vous aurez COMPRIS, que je ne crains pas de ne pas être COMPRIS ! Dans un monde formaté par la pensée unique, prendre la parole publiquement est un exercice à haut risque ! Mais à part voir des visages se détourner, se glacer à votre rencontre, voir un plateau de mignardises vous passez sous le nez lors d'une manifestation conviviale communale, se faire casser la ''gueule'' éventuellement sans témoin, je ne pense pas que qui que ce soit prenne le risque de faire la une des faits divers dans l'Issois... en allant au délà!

 

Quant à vivre en retrait dans mon propre village, cela me paraît impossible ! Militant depuis mon adolescence, je n'ai jamais su ne pas prendre ma part à la construction de la cité. Ou alors, vivre par choix, un retrait radical au fond de la forêt de Villey, dans un ermitage ! En creusant une grotte sous la Roche aux Chats, par exemple ! 

 

Trêve de plaisanterie !

À bientôt, à très bientôt.

Votre blogueur militant, agitateur d'idées, lanceur d'alerte, poil à gratter. Et aussi, colibri, bec ouvert, virevoltant à la recherche d'info pour vous la déposer à domicile.

 

Curieuse découverte en faisant

découvrir notre beau village de

Villey à un québécois via Google

Maps ces jours-ci!

REPONSE AUX COMMENTAIRES N° 3

Partager cet article

Repost 0

commentaires