Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 05:35

Un commentateur anonyme(deux?), vient d'adresser à votre blogueur 2 commentaires qu'il a publié tels quels.

Il y est question de l'exercice du pouvoir de maire dans notre commune.

Sauf preuve du contraire, il n'est pas répréhensible de poser une telle question?

Bien des commentateurs politiques se posent des questions concernant des hommes politiques de haut rang ou non? Les citoyens ordinaires ne s'en privent pas généralement.

La semaine passée, notre Président de la République n'a pas hésité comme d'autres avant lui, de se laisser interroger par des citoyens ordinaires. Ces citoyens ordinaires n'ont pas manqué, selon leur sensibilité politique, économique, sociale de lui poser les questions qu'ils souhaitaient. Une belle leçon pour tous les acteurs politiques de notre belle France à tous les niveaux.  

Souvent peu enclins à se voir poser des questions par leurs citoyens, les maires de nos villages devraient y réfléchir.

Dans cette affaire, dans cette manière de faire, où est donc ce qu'on appelle la DEMOCRATIE?

Serait-elle véritablement celle caricaturée dans le dessin publié précédemment ci-dessous?

EXERCER LE POUVOIR... CRITIQUER LE POUVOIR...

C'est CAUSE toujours!

 

Quant à nous, on ne te CAUSE plus,

 

on ne répond plus à tes salutations!

A propos du pouvoir, votre blogueur, fidèle lecteur de La Croix comme vous le savez, se permet de vous communiquer un extrait d'une réflexion ou plutôt d'une méditation d'Agnès von Kirchbach au sujet de l'Evangile d'hier. Elle n'évoque pas seulement le pouvoir politique mais aussi le pouvoir religieux, de tous les pouvoirs en somme... Si un lecteur souhaite lire la totalité de l'article, il suffit de le lui demander.

Journal La Croix du samedi 16 avril 2016.

"Une société ne peut se passer d’espoir. Pour vivre, elle a besoin de se projeter en avant. Un horizon commun s’élabore à travers de multiples contributions venant des acteurs de la vie culturelle, sociale, éducative, etc. Puis les électeurs désignent des hommes et des femmes dont ils espèrent une réalisation au moins partielle de ces attentes. Les mandataires essaient de rendre compte de leurs actions. « Tenir le cap », « savoir qu’il y a un capitaine solide à la barre pour contenir les effets de la tempête et amoindrir les chocs sociaux », « dans cette navigation, vous avez ici votre équipage »… La référence maritime est très prisée parmi les politiques en France. Mais on trouve aussi des renvois au sport (« une équipe qui gagne »), à l’architecture (« construire la maison commune ») ou à la médecine (« un cancer qui ronge la société »).

Dans le contexte de la Palestine des temps bibliques, la métaphore du berger est la plus fréquemment utilisée.

Elle est employée par ceux qui exercent le pouvoir politique et religieux mais aussi par ceux qui critiquent cette autorité. Pour évoquer les abus de pouvoir, certains prophètes parlent de « mauvais bergers »

EXERCER LE POUVOIR... CRITIQUER LE POUVOIR...

Dans les commentaires publiés ce jour, il est question aussi de ceux qui critiquent... De ceux qui se taisent "pour éviter d'entrer en guerre"....

 

Que dire du fait de "critiquer"?

Une critique est toujours ou presque négative pour qui est concerné par celle-ci. "C'est injuste! Le dévouement n'est pas reconnu, récompensé, etc, etc..."

Une critique est toujours ou presque positive pour qui la formule. C'est une manière de faire avancer les choses pense-t-il.

 

Quand au fait de ne pas vouloir entrer en guerre, ça se discute!

Il y a de fausses paix. L'absence de guerre ne signifie pas forcément être en paix. Il y a une forme de "guerre froide" qui est en soi dure à vivre.

S'exprimer avec détermination sans haine et sans crainte est une forme de profond respect pour ceux que l'on interroge. Ce peut-être l'occasion de les aider à se questionner sur leur pratique réelle. Qui n'a pas à s'interroger?

N'oublions pas que se taire et laisser faire peut-être aussi une forme de lâcheté!

EXERCER LE POUVOIR... CRITIQUER LE POUVOIR...

Une cité, une communauté, un village peut ne pas être en "guerre" et c'est une bonne chose.

Mais où est la paix quand les habitants d'une cité, d'une communauté, d'un village ont laissé se former entre eux des fissures, des fissures devenues des failles, elles-mêmes muées en gouffres infranchissables, tel que l'écrit Olivier Adam?

EXERCER LE POUVOIR... CRITIQUER LE POUVOIR...

Partager cet article

Repost 0

commentaires