Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2016 2 30 /08 /août /2016 16:45
NOTRE DEPUTE A DEMISSIONNE, COMME PROMIS...

Votre blogueur a sans

doute un "Tranco" de

retard en abordant cette

décision annoncée depuis si

longtemps, mais mise en

application récemment

tout de même..

 

Pourquoi maintenant

seulement?

 

Pourquoi si peu de temps

avant les élections

législatives de 2017?

Historique depuis les élections

régionales... perdues...

 

 

Le 21 avril 2015, il déclare sa candidature à la présidence du conseil régional de Bourgogne - Franche-Comté, en concurrence avec Alain Joyandet, qui s'était porté candidat le 12 décembre 2014. Les atermoiements pour la désignation de la tête de la liste d'union UMP-UDI le conduisent à envisager d'adhérer au parti en formation « Les Républicains », devant succéder le 30 mai 2015 à l'UMP.

Tête de liste Les Républicains-UDI-MoDem lors de l'élection régionale de 2015 en Bourgogne-Franche-Comté, il finit à la deuxième place, derrière la socialiste Marie-Guite Dufay, qui est élue.

Il s'engage pendant cette campagne électorale à quitter son mandat de député et le confirme le 13 décembre 2015 à la télévision. Le 18 mars 2016, en session plénière du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté il est chahuté sur sa promesse de démissionner de son mandat de député. En mai 2016 il n'a toujours pas démissionné de son mandat parlementaire.

Le 9 août 2016, il annonce son départ de l'assemblée nationale et donc son poste de député ce 17 août 2016. Celui-ci reste président du conseil départemental et conserve son siège au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté. Les élections partielles ne seront pas possible car cette démission intervient moins d’un an avant les élections législatives de 2017.

A propos d'un "Tranco" de retard, il m'a été rapporté récemment mais avant le 17 août, une conversation de passagers dudit moyen de transport allant de Chatillon sur Seine à Is sur Tille. Cela faisait allusion à un conflit de préséance, en cas de démission de notre député, entre le Maire de Châtilllon sur Seine et notre Conseiller Départemental. L'un prétendant à une antériorité dans le système bien supérieure lui donnant de ce fait un ticket prioritaire à la candidature à la députation!

Ce n'était pas, semble-t-il, du bavardage de passagers oisifs meublant le temps. Dans le courrier de notre député reproduit ci-dessous, confirmant sa démission de député dès le 17 août 2016, on peut lire sans ambiguïté possible le confit sous-jacent quand Mr Sauvadet parle de "guerre de succession". 

Il ne devrait pas y avoir de "guerre de succession" donc, puisque Mr Sauvadet désigne nomément son successeur en la personne de notre Conseiller départemental, Mr Barrière.

N'étant pas lecteur du journal local ni téléspectateur de la télé régionale, votre blogueur n'a pu suivre l'événement en "live"!

Mais puisqu'il n'y aura pas d'élection partielle qu'importe!

âes chers amis, 

Comme je l’avais annoncé il y a plusieurs mois, j’ai pris la décision de rester Président du Conseil Départemental de la Côte-d’Or et de siéger au Conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté. 

 Ce choix me conduit à quitter l’Assemblée nationale le 17 août prochain. 

C’est une décision difficile à prendre après 23 années où je vous ai représenté à l’Assemblée. 

Pourquoi maintenant  ? Parce que la loi sur le cumul des mandats m’impose de choisir dans un délai de 30 jours dès que l’élection du Conseil Régional est validée. 

Le Conseil d’Etat s’étant prononcé et ayant reconnu les élections, je dois prendre mes responsabilités. 

Mais c’est un choix que, de toute façon, j’aurais été amené à faire dans quelques mois, au terme de mon mandat, en juin 2017, car la loi interdira, à ce moment là, d’être à la fois Député et Président de Conseil Départemental. 

C’est un choix de responsabilité, car j’ai conscience de l’importance du Conseil Départemental dans votre vie de tous les jours et pour l’avenir de nos territoires ruraux. 

Et je ne souhaite pas ouvrir une guerre de succession qui serait préjudiciable à la Côte-d’Or et à ses habitants à un moment où nous devons mener de nombreuses discussions avec la Région, pour l’avenir de l’agriculture, du commerce, des transports, des artisans, des services auxquels je suis profondément attaché. 

L’avenir. Il n’y aura pas d’élections partielles car la loi ne le prévoit pas à moins d’un an du renouvellement de l’Assemblée nationale. Et pour que notre circonscription continue à être entendue, j’ai demandé au Président du groupe UDI de l’Assemblée, auquel j’adhère, de relayer vos préoccupations et je travaillerai en étroite relation avec vous et mes collègues pour porter vos demandes. 

Je tiens en ce moment si particulier à vous remercier de votre confiance.

Ensemble, nous avons fait bouger les choses, le combat pour le TGV, la présence de Vallourec et Valinox à Montbard, la défense des hôpitaux, le soutien au Commissariat à l'énergie atomique de Valduc conforté, l’appui sans faille au Châtillonnais  et à tous les territoires de la circonscription, le suivi des dossiers des PME, des agriculteurs, l’écoute de nos habitants. 

Je tiens à remercier mon épouse Brigitte qui s’est beaucoup dévouée  à mes côtés ; mes collaborateurs, mon prédécesseur Gilbert Mathieu, mes suppléants, Michel Protte, le regretté Christian Myon, puis Charles Barrière aujourd’hui, Conseiller Départemental du nouveau canton d’Is-sur-Tille, qui a travaillé à mes côtés pendant toutes ces années. Il partage les mêmes valeurs, à l’écoute des habitants. Il a le soutien de la quasi totalité des conseillers départementaux de la circonscription. Et je ne doute pas qu’il fera demain un bon Député. 

Je n’ignore pas qu’il y a d’autres ambitions qui se sont exprimées. Mais être Député, ce n’est pas simplement une ambition personnelle. C’est un service et Charles a l’expérience et l’autorité pour l’assumer. 

Voilà, une page se tourne pour moi mais aussi, j’en ai conscience, pour la circonscription. 

Je continuerai à agir à vos côtés en tant que Président du Conseil Départemental et comme élu régional pour défendre nos territoires, je m’y engage et je mettrai toute mon expérience au service de mon successeur. 

Du fond du cœur, merci à chacune et chacun d’entre vous. Merci pour votre confiance. Je sais que les temps sont durs pour beaucoup d’entre vous, mais c’est parce qu’ils sont durs qu’on se doit d’être à la hauteur des missions qui nous sont confiées. 

Cela a été mon engagement et ça le restera.


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires