Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2017 3 13 /09 /septembre /2017 15:02

L'antique pompe de votre blogueur qui fonctionne toujours...

ARRÊTE PREFECTORAL RESTRICTIONS D'EAU  2017... ''Dura lex sed lex''

Voilà comment ça fonctionne...

 

Le principe de fonctionnement de la pompe à chapelet est d'élever une colonne d'eau dans un tuyau, grâce à des tampons de cahoutchouc de même diamètre que l'intérieur du tuyau. Elle est aussi appelée pompe à chaîne ou pompe à godets.
Ceux-ci sont entrainés par une chaîne qui est elle même actionnée par une manivelle.

La capacité d'une pompe à chapelet est fonction du diamètre de la gaine et de la vitesse de rotation de la chaîne.
ARRÊTE PREFECTORAL RESTRICTIONS D'EAU  2017... ''Dura lex sed lex''

Vers 15 heures, lundi 11 septembre, passant le nettoyeur haute pression, qui par nature n'est pas d'une grande discrétion, ici et là en vue de la visite le lendemain, d'un possible acquéreur pour la maison mise en vente, je me vois interpellé par un élu me rappelant les restrictions sur l'utilisation de l'eau toujours en vigueur. Je lui signale que cette eau provient de ma citerne... ''Cette eau ne va pas dans la nappe phréatique... Vous montrez le mauvais exemple aux voisins..'' me précise-t-il. J'expliquerai cela aux voisins dans mon blog, ai-je répondu ....

Pour mémoire, je recopie un extrait de l'arrêté préfectoral de 2017:

ARTICLE 3 : Mesures générales de restriction sur l’ensemble du département de la Côted’Or Compte tenu des constats listés à l’article 1 du présent arrêté, les mesures de restrictions générales prévues à l’article 6-2 et 6-3 de l’arrêté cadre n° 374 du 29 juin 2015 s’appliquent sur l'ensemble du département, à savoir pour mémoire : 6.2. : Mesures complémentaires concernant l’un et/ou l’autre des deux grands bassins « Rhône Méditerranée » ou « Seine Normandie-Loire Bretagne » et destinées à préserver la ressource en eau potable. Le franchissement du seuil d’alerte étant constaté par arrêté préfectoral sur au moins 33% de la totalité des sous-bassins composant l’un et/ou l’autre de ces 2 grands bassins, sont mises en œuvre les mesures suivantes :

Dans l’objectif de préserver la ressource en eau potable :

etc; etc.....

 

Je ne prétends pas être dans mon droit mais il m'a semblé, dans mon for interne, que nécessité faisait loi...

L'élu était tout à fait dans son rôle... ''Dura lex sed lex''...

Alors ''Mea culpa mea maxima culpa''

 

Je veux bien pour le mauvais exemple aux voisins mais j'ai de sacrés doutes sur l'histoire de l'eau qui ne va pas dans la nappe phréatique... J'ai donc creusé la question, consulté ici et là et ne suis pas parvenu à être convaincu au contraire que l'eau de mon toit serait allé dans la nappe phréatique...

 

 

Fort de cela j'ai imaginé un dialogue avec à mon petit fils qui entre en CP, lui expliquant le cheminement de l'eau de pluie, qu'elle tombe sur les toitures et sur la terre.

 

Axel mon petit fils aime jouer avec la vieille pompe à chapelet (La bien nommée pour un bigot!) située au dessus de la citerne de récupération des eaux de pluie de la toiture de la maison. Cette maison a été construite il y a bien longtemps... trois siècles sans doute. La taque de la cheminée est datée de 1716, une autre taque trouvée dans l'écurie date de 1699.

Madame Vernaudon m'a dit être venue s'alimenter en eau potable de cette citerne avant que Villey soit équipé d'un système de distribution d'eau dans chaque maison dans les années 1970.

 

C'est bien sympa de jouer avec cette pompe pour un enfant mais le bruit de la chaîne qui remonte l'eau dans un tube au moyen de bouchons en caoutchoucs espacés de 20 cm finit par agacer...

Au bout d'un certain temps, je lui demande de laisser la pompe se reposer...

Bien mal m'en a pris car me voici harcelé de questions...

 

Dis, Papy, d'où elle vient cette eau ?

 

Elle vient de la toiture quand la pluie tombe, elle est filtrée avec un système spécial avant d'arriver dans la citerne.

 

Dis Papy, à quoi ça sert de la mettre dans une citerne ?

 

On peut arroser le jardin, le potager, les fleurs, laver la voiture et aussi remplir les réservoirs des WC plutôt que d'utiliser de la bonne eau potable.

 

Dis Papy, pourquoi on en boit pas ?

 

Si l'eau de pluie était relativement pure il y a un siècle et avant, ce n'est plus le cas maintenant avec un air qui est très pollué.

 

Dis Papy, elle paraît bien propre et claire quand elle coule au jardin, on pourrait croire qu'on peut la boire.

 

Avant de couler au robinet du jardin, elle passe par trois filtres. Celui du bloc de filtration avant la citerne, celui de la crépine qui aspire l'eau de la citerne quand on demande de l'eau et celui qui est situé à la sortie de la pompe avant d'arriver au robinet. Le premier et le troisième sont nettoyés régulièrement.

 

Dis Papy, comment tu fais quand la citerne est vide ?

 

D'abord, j'essaie de bien gérer la quantité d'eau restant dans la citerne à l'aide de la jauge de mon invention qui me renseigne en permanence de ce qui reste. Ensuite, je peux toujours utiliser l'eau du réseau par une double alimentation des WC. Les deux sortes d'eaux de doivent jamais passer dans le même circuit d'alimentation.

 

Dis Papy, pourquoi tu fais comme ça ?

 

D'abord parce que la citerne existe depuis plusieurs siècles peut-être et ensuite que je pense qu'il dommage d'utiliser, je l'ai dis tout à l'heure, de l'eau potable pour les WC et le potager, le jardin, la voiture et les fleurs.

 

Dis Papy, quand la citerne est pleine qu'est-ce qui se passe ?

 

Il y a un tuyau précédé d'un siphon qui va vers un puits perdu. Elle s'infiltre ensuite lentement dans la terre pour rejoindre la nappe phréatique.

 

Mais alors Papy, quand y-a pas de citerne, où elle va l'eau ?

 

De Villey, elle va dans la mer Méditerranée. Du caniveau elle va dans le ruisseau qui va vers la Tille, ensuite vers la Saône, le Rhône et la mer Méditerranée. Pas très loin d'ici vers Langres l'eau des caniveaux va vers la mer du Nord... Il y a une ligne appelée ligne de partage des eaux. Côté Sud vers la Méditerranée et côté Nord vers la mer du Nord.

 

Mais alors Papy, l'eau des toitures, des rues, des cours bétonnées, elle va pas dans la nappe phréatique ?

 

Pas vraiment ou alors une infime partie le long des ruisseaux, rivières et fleuves. Ils sont généralement tellement pollués qu'il vaut mieux pas. La presque totalité se jette donc dans la mer.

 

Dis Papy, l'eau qu'on boit et avec laquelle on se lave, fait la cuisine elle vient d'où ?

 

Elle est puisée dans la nappe phréatique.

 

Dis Papy, on la boit telle quelle, elle vraiment pure comme de l'eau d'une belle source de montagne ?

 

Pas vraiment, elle doit être traîtée de diverses manières, on y ajoute du chlore pour être déclarée potable. Des analyses sont faites très régulièrement et publiées par voie d'affichage.

 

Mais alors Papy, quand tu t'es fait rappeler à l'ordre pour avoir pris de l'eau dans ta citerne pour nettoyer des choses dans ton jardin et dans ta cour, tu n'étais pas en tort ?

 

Sur le fonds non mais ce n'est pas si simple. L'arrêté préfectoral précise que les restrictions sont destinées à préserver la ressource en eau potable. J'estime que je n'étais donc pas en infraction avec cet arrêté puisque je n'utilisais pas l'eau potable distribuée par le syndicat des eaux.

 

Mais alors Papy, je ne comprends pas qu'on t'ait dit que l'eau récupérée dans ta citerne manquerait en quelque sorte à la nappe phréatique.

 

En effet, ce n'est pas exact pour ma part. Mais sans doute que cette personne a une autre connaissance du cheminement de l'eau tombant sur les toitures, les rues et tous les espaces bétonnés.

 

 

Je te propose de poser la question à ta maîtresse ou à ton maître dès que possible. Ce pourrait-être un beau sujet de sciences naturelles pour autant que cela s'appelle encore comme cela.

 

On arrête là, Papy, il faut que je retourne à la pompe et faire comme les shadoks qui pompaient, pompaient, comme dans l'histoire que tu  racontes si souvent... et qui finissent par me ''pomper'' parfois... Compte tenu de ton grand âge, je te pardonne...

 

Ok, on arrête mais de mon côté je vais demander à mon concitoyen de rédiger un article dans mon blog pour expliquer en détail le véritable et incontestable cheminement qu'aurait pris cette eau de pluie tombant sur mon toit si elle n'avait pas été dirigée vers ma citerne et était sortie tout simplement de la gouttière vers le caniveau de la rue du Château. Il y a une chose qui est sûre et certaine, c'est que toute l'eau qui a servi au nettoyage n'a fait que transiter par la citerne pour retourner dans la terre, donc lentement dans la nappe phréatique comme l'eau du ciel quand il pleut !

Voici la source qui se trouve en début de montée le long du parc à sangliers à 1 km de Villey environ.

Photo du 9 septembre 2017

Photo du 9 septembre 2017

Partager cet article

Repost 0

commentaires

lagneau 15/09/2017 16:56

Monsieur,
Nous avons pris connaissance de votre mésaventure avec un élu de la commune et il va sans dire que tout ceci pose question.
En effet, si nous avons bien compris, l'élu semble ne pas apprécier que vous utilisiez l'eau purifiée par le biais de filtres, grâce à la présence de votre citerne, pour l'arrosage de votre jardin, or celle-ci s'écoule de fait dans la nappe phréatique et permet donc à cette dernière d'être alimentée en eau pure ou du moins bien moins polluée qu'à son arrivée sur votre toit et cela pose problème. Le même élu (peut importe son identité) n'est pas choqué, ni apparemment gêné, du fait que les eaux usées de la route arrivent dans notre terrain et vont, sans avoir été filtrées directement dans la même nappe phréatique... Quelque chose nous échappe.
Karine et Gaël Lagneau