Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 20:18

 

Chers lectrices et lecteurs, bonjour!

Dans le bulletin d'information de Villey sur Tille distribué à tous les habitants du village, Monsieur le Maire écrit dans 'LE MOT DU MAIRE'

« Je n'ai, pas de conseil ni d'ordre à recevoir d'une personne qui à part critiquer les actions des élus et semer le doute sur les capacités du conseil municipal à gerer les affaires communales, ne s'est jamais investi dans la vie de notre collectivité. »

et encore :

«  M FAIRISSE s'est approprié le droit à l'information de la vie communale etc... Devant les critiques incessantes etc...»

C'est presque une pleine page consacrée à votre blogueur de service, rien que cela ! Le précédent bulletin annuel m'avait déjà gratifié de propos peu amènes ! C'est semble-t-il devenu traditionnel !

 

Dans un numéro récent, mon journal préféré La Croix un traite de la démocratie locale. Le journaliste Louis de Courcy interroge Michel Kokoreff sociologue qui déclare :

«Notre démocratie n’est pas représentative»

Ceux qui ont le pouvoir veulent le garder. Ils considèrent comme des gêneurs ceux qui pourraient participer, sinon à la décision, au moins au débat.



Pour celle, celui qui lit des quotidiens, des périodiques et d'autres médias, s'il suit les informations à la radio ou à la télévision, s'il suit les émissions politiques, il constate que le débat est permanent. Les élus, députés et sénateurs, conseillers généraux et tous les autres, les ministres, le premier d'entre eux, le Président de la République lui-même sont invités à s'exprimer, à rendre compte, voire parfois à rendre des comptes sur leurs décisions, leurs actions.

Les simples citoyens que nous sommes tous, n'aurions pas le droit de poser une question, d'émettre un avis au premier magistrat de notre commune, au conseil municipal ?. Qui alimente en partie les caisses de la collectivité ? De qui le conseil municipal a-t-il reçu mandat pour gérer les affaires communales ? Serait-ce, votez et taisez-vous ?

Il m'est arrivé de questionner par écrit, le Conseiller Général, le Député, le Sénateur. J'ai toujours reçu une réponse. Aucun ne m'a répondu qu'il n'avait «  ni de conseil, ni d'ordre à recevoir etc, etc... »

Je termine en vous relatant les deux témoignages que j'ai reçu de deux arrivants en village qui ont souhaité 's'investir dans la vie de la collectivité'. Ils sont très édifiants et confirment bien ce que dit Michel Kokoreff et plus encore puisqu'il s'agissait d'élus !

« Jacques habite une petite ville de Lorraine, technicien en matériel agricole il rencontre dans des réunions de réflexion Gérard agriculteur, maire d'une petit commune rurale du canton. Ils se voient aussi dans bien d'autres lieux pour des actions communes. Il décide de quitter son HLM pour se construire une maison dans le village de Gérard. Son passé de militant syndical le pousse à vouloir s'investir dans la vie du village. Aux premières élections municipales il se porte candidat et est élu sur la liste de Gérard, maire sortant. Jacques est un homme décidé à apporter ses idées, ses compétences et s'engager véritablement au service de la commune, mais les choses ne sont pas aussi simples. Très vite Gérard le maire et les conseillers réélus lui font sentir que la commune a bien fonctionné jusque là selon leur méthode et qu'il n'y avait pas lieu de bouleverser quoi que ce soit. Le mandat terminé, Jacques ne s'est pas représenté... »

« Georges, officier supérieur dans l'armée à l'âge de la retraite vient s'installer dans la maison familiale de son épouse dans un village de Bourgogne. Ses hautes responsabilités dans la conduite d'hommes et dans la gestion de grands ensembles d'immeubles et de matériels importants l'incitent à se mettre au service de sa commune d'accueil. Lui aussi se présente dès les élections municipales suivantes et est élu. Simple conseiller, pendant plusieurs mois il observe comment fonctionne le conseil municipal du village. En même temps il se forme en consultant tout ce qu'il trouve sur le fonctionnement d'un conseil municipal. Bien vite il se rend compte qu'on est loin de ce qu'il a lu. Dans ce cas particulier il se trouve que d'une manière générale la réunion commençe par de longues considérations extérieures aux affaires municipales et qu'après une heure Mr le maire demande purement et simplement de voter sur les questions du jour sans autres débats. Après six mois de patience Georges prend la parole pour s'étonner de la méthode. Il lui est alors vertement répondu par le premier magistrat  «  Vous n'allez pas commencer à nous em... » sans qu'aucun conseiller présent ne réagisse. »  

Bonne lecture, bonne méditation, à bientôt!

Votre blogueur de service.

Partager cet article

Repost 0

commentaires