Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 octobre 2015 5 30 /10 /octobre /2015 10:35
RAEF BADAOUI EST BLOGUEUR... AILLEURS!
RAEF BADAOUI EST BLOGUEUR... AILLEURS!
Repost 0
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 10:39
ABSENCE DE REPONSE...    QU'EN PENSER, DIRE?

Que penser d'une administration, donc d'un service public, qui ne répond pas au courrier du citoyen?

L'Administration, service public, n'est-elle pas, par nature, au service du public?

On peut entendre par Administration, tout ce qui touche à l'administration du territoire. Des sphères les plus hautes de l'Etat, à l'organisation la plus proche du citoyen, la commune et ses divers services, Syndicat des Eaux entre autres.

Pourtant, des courriers demeurent sans réponse! Trop souvent!

Quel est donc l'idée exacte que se fait l'élu de sa mission pour se permettre en toute tranquillité d'esprit et de conscience, de ne pas répondre à une question écrite, quelle qu'elle soit?

L'élection ne confère, ni une position sociale, ni une aura quelconque, ni un statut d'intouchable etc, etc...qui lui permette d'agir ainsi!

L'élection confère, il faut que l'élu se le rappelle chaque jour de son mandat, un rôle éminent de représentation de la commune. A ce titre, il a le devoir d'être à l'écoute de chaque citoyen. A l'écoute ne signifie pas qu'il dise ''amen'' à tout. A l'écoute signifie tout simplement qu'il prenne au sérieux ce qui lui est dit, ce qui lui est écrit. S'il ne peut répondre dans l'immédiat, qu'il y réfléchisse, qu'il consulte ses collègues élus si besoin et qu'il réponde!

Ne pas répondre, c'est comme l'écrivent deux personnes ci-dessus:

- Un manque de respect absolu.

- C'est que l'autre s'en moque, on n'est rien.

- Ce qui fait le plus mal c'est le silence.

Ne pas répondre, c'est aussi comme l'écrivent d'autres, de manière un peu énigmatique::

- Être plus éloquant qu'en parlant

- Le mieux est d'entendre ce qui n'est pas dit.

- Un message sans réponse est une réponse.

 

Le débat est ouvert. Témoignez d'un fait vécu à Villey ou ailleurs.

 

À bientôt, à très bientôt.

Votre blogueur militant, agitateur d'idées, lanceur d'alerte, poil à gratter. Et aussi, colibri, bec ouvert, virevoltant à la recherche d'info pour vous la déposer à domicile.

ABSENCE DE REPONSE...    QU'EN PENSER, DIRE?
Repost 0
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 19:39
CHACUN PEUT FAIRE PREUVE D'HUMOUR, NON?

ET VOUS? AURIEZ-VOUS A PARTAGER

QUELQUE CHOSE?

CHACUN PEUT FAIRE PREUVE D'HUMOUR, NON?
CHACUN PEUT FAIRE PREUVE D'HUMOUR, NON?

Villey a fêté Halloween le samedi 24...

Monsieur et Madame Lemeur poursuivent cette animation avec persévérance, d'année en année au profit de notre beau village.

Le blog tant apprécié de beaucoup, serait heureux de publier un reportage.

Adressez vos photos et textes à

                                  lepelerin2000@orange.fr

Participez à sa vie!

 

Repost 0
25 octobre 2015 7 25 /10 /octobre /2015 20:32
PSYCHODRAME MUNICIPAL DANS L'AIN. QU'EN DIRE ?


 

Les impôts locaux flambent: psychodrame dans un village de l'Ain

Par Sandra LAFFONT | AFP – ven. 9 oct. 2015

Depuis quelques semaines, Revonnas, joli village de l'Ain vit dans un climat "malsain", "plus que tendu". La faute aux impôts locaux qui ont augmenté de plus de 70%! A tel point que la maire a démissionné et - hasard ? - s'est même fait agresser.

Des panneaux "conseil municipal démission", "nous sommes volés", "Revonnas en faillite - incompétence, faux", accueillent le visiteur de cette bourgade résidentielle de 850 âmes, située à une vingtaine de kilomètres de Bourg-en-Bresse.

"C'est plus que tendu. Le dernier conseil municipal s'est fini au caillassage et la maire a été escortée par la police", raconte cet homme, en grande conversation avec des voisins devant chez lui. "Nous on est âgés, on veut pas s'en mêler mais une violence pareille, c'est pas possible", dit cette femme, reculant avec son plumeau sur le pas de sa porte à la vue d'un journaliste.

Depuis peu, la presse locale fait ses choux gras de l'affaire. L'hebdomadaire La Voix de l'Ain en a même fait sa dernière Une: "Revonnas, un vent de folie souffle sur la commune".

Tout a commencé lorsque le préfet a tiré la sonnette d'alarme cet été et saisi la Chambre régionale des comptes. En résumé, les prévisions budgétaires des élus ont été jugées "non sincères" avec des recettes surestimées et un (léger!) trou de 140.000 euros.

Mi-septembre, le couperet tombe: la part municipale des impôts locaux va augmenter de plus de 70%. Ce qui fera au final une augmentation des taxes d'habitation et foncière pour 2015 de près de 25%, soit 300 à 600 euros de hausse selon les estimations des uns et des autres.

"Atterrés", une centaine d'habitants ont monté un collectif. Et le dernier conseil municipal fin septembre avait des allures de Clochemerle, avec d'un côté des habitants exaspérés, hurlant "démission", jetant des pétards; et la maire, Caroline Zittel, penaude, sortant sous escorte policière. Quelques jours plus tard, sous la pression, elle démissionnait. Le lendemain, elle se faisait agresser devant chez elle. "Depuis elle a pris le large", fait-on savoir en mairie.

- "On n'est pas à Versailles !" -

Mais comment en est-on arrivé là ?

En 2007, la commune a fait un prêt d'un million d'euros pour la reconstruction de l'école. Ensuite, il a fallu mettre aux normes l'hôtel de ville. "L'impact de ces deux projets a fait qu'on en est arrivé là", répond à l'AFP Marie-Noëlle Bourguignon, première adjointe.

"Juste pour la rénovation de la mairie, il y en avait pour 423.000 euros! Près de 30.000 euros pour l'ascenseur, 53.820 euros pour la métallerie de l'unique balcon. Et vous voulez que je vous dise le meilleur? Plus de 6.000 euros pour un bac à fleurs!", s'égosille-t-on au collectif pour la transparence de la gestion communale.

"Ils ont fait des investissements démesurés. Madame la maire voulait une salle d'apparat au 1er étage mais on n'est pas à Versailles ici! La soirée du 11 novembre a été arrosée avec du champagne Cordon Rouge. Mais quand les feuilles d'automne envahissent les rues, là, il n'y a personne pour les ramasser", poursuit le collectif dont les membres souhaitent rester anonymes.

Pour autant, ils se défendent de toute violence. "Maintenant que le lièvre est levé, on veut juste qu'ils démissionnent". Mais l'équipe municipale a pris ses distances avec l'ex-maire. "On a été un peu bluffé, on regrette de ne pas avoir été plus loin dans nos investigations", soutient la première adjointe qui appelle "les bonnes volontés à se rejoindre".

Contactée par l'AFP, la préfecture de l'Ain "invite les élus locaux à prendre leurs responsabilités et les administrés à faire preuve de calme dans cette période difficile". "Le suffrage universel auquel les citoyens seront à nouveau appelés (une élection partielle a minima, ndlr) devrait favoriser un retour à la sérénité", ajoute-t-elle.

Pas sûr cependant que l'arrivée imminente des avis d'imposition dans les boîtes aux lettres ne calme les esprits...

Chers lectrices et lecteurs, bonjour !

Cet article de Sandra LAFFONT | AFP du ven. 9 oct. 2015, relate une histoire malheureuse d'une municipalité qui se trouve en grandes difficutés de par une gestion hasardeuse, semble-t-il.

Rien à voir avec notre municipalité naturellement sur le plan financier.

On peut toutefois se demander comment on peut en arriver à cette extrémité.

Que nous dit cet article ? Que peut en dire votre blogueur, sur certains points?

Depuis quelques semaines, Revonnas, joli village de l'Ain vit dans un climat "malsain", "plus que tendu"

A la lecture des commentaires du blog, on peut retrouver quelques airs de climat ''malsain'' et ''tendu'' dans notre beau village de Villey.

Tout a commencé lorsque le préfet a tiré la sonnette d'alarme cet été et saisi la Chambre régionale des comptes. En résumé, les prévisions budgétaires des élus ont été jugées "non sincères" avec des recettes surestimées et un (léger!) trou de 140.000 euros.

Comment une telle situation peut-elle se produire? La maire concernée n'était-elle pas entourée de 14 conseillers municipaux? Comment un tel budget peut-il être voté? Les élus se sont-ils formés à l'étude des documents financiers de leur commune? Quelle est la capacité de nos propres élus à analyser un budget communal, pour ne citer que cet aspect de la gestion?

"Atterrés", une centaine d'habitants ont monté un collectif.

Les révonnasiens ne sont pas restés passifs. Ils ont réagi, mais sans doute trop tardivement ! C'est, comme partout en France sans doute, les citoyens votent sans bien se soucier de la capacité réelle de ceux qu'ils élisent. Le vote passé, les mêmes citoyens négligent d'exercer leur devoir de contrôle en suivant les réunions du Conseil Municipal.

Une centaine de révonnasiens s'est levée. C'est 12% de la population.

Notre village a connu au lendemain de l'élection de 2014 un événement peu glorieux au sein même de l'équipe gagnante. Combien de villicusiens ont-ils réagi ? 12%, c'eût été plus de 40 personnes !

"Maintenant que le lièvre est levé, on veut juste qu'ils démissionnent".

Une extrémité qui aurait pu être évitée par une vigilance permanente des citoyens ordinaires et l'exercice de la fonction d'élu plus professionnelle ! Où en est-on sur ce point dans notre beau village de Villey ?

"Ils ont fait des investissements démesurés. Madame la maire voulait une salle d'apparat au 1er étage...

Ils? C'est l'ensemble des élus incapables de s'opposer frontalement aux désirs immodérés de leur leader... Quelle est la capacité réelle de nos conseillers à réagir ?


 

Mais l'équipe municipale a pris ses distances avec l'ex-maire. "On a été un peu bluffé, on regrette de ne pas avoir été plus loin dans nos investigations", soutient la première adjointe qui appelle "les bonnes volontés à se rejoindre".

Une fois encore, quelle naïveté ! Une naïveté coupable ! Pourtant Madame la première adjointe ne semble pas manquer d'audace en appelant les bonnes volontés à ''se rejoindre'' ! Sans doute derrière elle, comme si elle n'était responsable de rien ! Non, pas de confiance aveugle ! Creuser les dossiers avant qu'il ne soit trop tard !

Mesdames, Messieurs les conseillers municipaux votre négligence, votre passivité, votre silence font de vous des complices objectifs de toutes les décisions que vous aurez votées en vous étant laissés ''bluffer'' comme dit la première adjointe de Revonnas !

Rappelons-nous ou plutôt, rappelez-vous, anciens de Villey, l'affaire du ''Resto de la gare'' ! Négligence coupable des conseillers de l'époque ! Confiance aveugle au leader, toujours !

la préfecture de l'Ain "invite les élus locaux à prendre leurs responsabilités et les administrés à faire preuve de calme dans cette période difficile"

Monsieur le Préfet n'aurait pas à conseiller de telles lapalissades, si, élus et citoyens se comportaient en femmes et hommes responsables exerçant leurs devoirs pour les premiers et leurs droits pour les seconds !

À bientôt, à très bientôt.

Votre blogueur militant, agitateur d'idées, lanceur d'alerte, poil à gratter. Et aussi, colibri, bec ouvert, virevoltant à la recherche d'info pour vous la déposer à domicile.

Repost 0
22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 02:09

 

Les puissants sont toujours effrayés quand les « sans voix » se mettent à parler.

 

 

Chers concitoyennes et concitoyens, bonjour !

 

''mais parfois je ne vous comprends pas''.

 

''d'où l'interêt dans notre commune de vivre en retrait et vivre que pour soit même''

 

C'est ce qu'écrit un commentateur anonyme le 22 septembre dernier.

 

C'est vrai que ce n'est pas simple d'intervenir dans le débat au sein d'une commune de moins de 300 habitants. A chaque instant et à propos de tout sujet, l'un ou l'autre élu, actuel ou précédent et même tous simples citoyens, peuvent se sentir visés, critiqués, attaqués voire victimes de délation comme cela a été dit lors du précédent mandat. C'est d'autant plus incompris que la tradition veut qu'en tout lieu, le Conseil Municipal en place opère sans contrôle, sans présence de citoyens aux réunions du Conseil Municipal... On cause bien ici et là, on commente telle ou telle décision, on critique les élus en petits comités mais rien d'officiel, de public et encore moins d'écrit ! Ainsi, les élus peuvent s'emparer tranquillement de la commune et en faire un pur objet de satisfaction personnelle en toute bonne foi souvent. Oh ! ce n'est pas une catastrophe en général, les moyens financiers étant restreints, l'activité principale se limite souvent à la gestion des affaires courantes. Quelle opération d'envergure y-a-t-il eu entre la distribution de l'eau courante dans les années 1970 et l'assainissement collectif initié par la municipalité précédente en 2013 ? Deux opérations qui ne sont pas financées par l'impôt mais par des redevances. Les élus en place n'ont rien proposé de substentiel en 2014. Après 18 mois de fonctionnement on attend toujours ! Le projet récent de rénover le logement de l'école a été accompagné de si... Cela reste une affaire courante de gestion en tout état de cause. Quels changements de physionomie de notre village depuis 20 ans ? Qu'est-il envisagé pour les 10 années à venir ? La crise a bon dos pour trouver des raisons de rester dans un "immobilisme " irresponsable.

Ceci étant dit, l'un peut trouver que je suis bienveillant, l'autre que je suis bien trop critique à l'égard de concitoyens qui travaillent pour la commune. Je cherche simplement à m'exprimer, dire ce que j'ai à dire, sans haine et sans crainte !

Reprenez l'article du 7 septembre dernier. J'y reprends une phrase de Jacqueline de Guillenchmidt qui écrit « je suis là » (Je traduis, présent aux réunions, attentif à ce que vous faites de votre mandat). Elle ajoute « Dire et faire comprendre, par principe : Je ne suis ni un ennemi, ni un adversaire. Même si vous êtes mon patron,(Je traduis, les élus de mon village) je ne vous considère pas comme mes adversaires. Je me réserve le droit de vous contester, mais pas en ennemi »

 

Délégué syndical pendant une dizaine d'années, j'ai eu à rédiger un certain nombre de tracts.

Mon patron n'était ni un ennemi, ni un adversaire. Il avait son rôle, j'avais le mien. Je contestais ce que j'avais à contester. J'ai eu ensuite un rôle inverse et ai bénéficié de '' contestations'' d'amis de tous syndicats dont celui auquel j'appartenais. Ils jouaient leur rôle et moi le mien ! Nous ne nous faisions pas la ''gueule'', nous avions la sagesse et l'intelligence d'entretenir des rapports normaux d'humains embarqués sur le même navire!

C'était librement que je suis devenu militant syndical. C'est tout aussi librement, je pense que nos élus ont fait acte de candidature que je sache, désirant l'être. Certains remettent ça après un ou plusieurs mandats, ou reviennent après une pause volontaire ou non. Elus, il faut faire, non ce qu'on peut, mais faire ce qu'il y a à faire, tout ce qu'il y a à faire. Si on se rend compte que la tâche est trop rude, que les conditions ne sont pas réunies pour apporter sa part librement, il faut savoir prendre la décision qui s'impose !

 

Vous aurez COMPRIS, que je ne crains pas de ne pas être COMPRIS ! Dans un monde formaté par la pensée unique, prendre la parole publiquement est un exercice à haut risque ! Mais à part voir des visages se détourner, se glacer à votre rencontre, voir un plateau de mignardises vous passez sous le nez lors d'une manifestation conviviale communale, se faire casser la ''gueule'' éventuellement sans témoin, je ne pense pas que qui que ce soit prenne le risque de faire la une des faits divers dans l'Issois... en allant au délà!

 

Quant à vivre en retrait dans mon propre village, cela me paraît impossible ! Militant depuis mon adolescence, je n'ai jamais su ne pas prendre ma part à la construction de la cité. Ou alors, vivre par choix, un retrait radical au fond de la forêt de Villey, dans un ermitage ! En creusant une grotte sous la Roche aux Chats, par exemple ! 

 

Trêve de plaisanterie !

À bientôt, à très bientôt.

Votre blogueur militant, agitateur d'idées, lanceur d'alerte, poil à gratter. Et aussi, colibri, bec ouvert, virevoltant à la recherche d'info pour vous la déposer à domicile.

 

Curieuse découverte en faisant

découvrir notre beau village de

Villey à un québécois via Google

Maps ces jours-ci!

REPONSE AUX COMMENTAIRES N° 3
Repost 0
21 octobre 2015 3 21 /10 /octobre /2015 02:08

Les puissants sont toujours effrayés quand les « sans voix » se mettent à parler.

Chers concitoyennes et concitoyens, bonjour !

 

Suite à l'annonce de la réunion du Conseil Municipal du 18 septembre dernier dans laquelle j'invite les citoyens à venir nombreux, Nathalie a écrit dans son commentaire du 18 septembre :

 

''pour ma part je n y participerai pas ''

et

'' Je fini le 28 septembre comme agent service pour la mairie et école. Apres 7 ans ancienneté sa fait mal !!! ''

 

Nous la comprenons, naturellement puisqu'elle est touchée directement par une décision du Conseil Municipal.

 

Qu'en dire ? Deux choses.

La première d'abord sur l'importance à mon sens d'une présence nombreuse à ces réunions publiques.

 

" C'est au pied du mur, qu'on voit le maçon !" Observez-le sur son chantier, c' est passionnant ! Vous découvrez rapidement ses capacités, qu'il soit seul ou en équipe.

" C'est autour de la table du Conseil, qu'on voit les élus au travail! " Votre blogueur, les observe depuis plus de 15 ans. La physionomie des équipes, de mandat en mandat, serait certainement bien différente si la salle du Conseil était bondée d'un " public " nombreux ! Un public nombreux qui jugerait sur pièce, les capacités à manier la truelle, doser les gâchées et dresser des murs dignes de ce nom ! Il est fort probable que la commune devrait trouver une autre forme d'administration, que le système électoral actuel génère.

L'absence de public, c'est l'absence de syndicat dans l'entreprise, l'absence de journalistes dans un Etat, l'absence de gendarmes sur la route, l'absence de sel dans la soupe ! Etc, etc...

Le seul souhait d'un Conseil Municipal d'où qu'il soit, c'est qu'aucun intrus ne soit présent ! Se sentant élus de « Droit divin » par le suffrage universel, nos concitoyens élus pensent que le POUVOIR leur a été donné et qu'en conséquence, la « populace » doit rester bien au chaud derrière sa TV et laisser les choses se faire sans « se mêler » de ce qui ne les regarde pas, pensent-ils ! Curieuse représentation de la démocratie !

 

La deuxième sur : L'ENTRETIEN DES LOCAUX COMMUNAUX : NOUVELLE ORGANISATION

 

La commune a pris en charge la gestion totale des opérations de nettoyage de ses locaux, précédemment confiée à la société ONET. Domicile Services et non pas l'ADMR, met à la disposition de la commune une personne pour un temps limité. Il faut préciser que ces deux Associations sont bien séparées. Le lien qui les unit n'est pas la sujétion de l'une à l'autre, de Domicile Services à l'ADMR. Domicile Services a un rôle important auprès de personnes désirant se remettre en condition de trouver un emploi pérenne plus ou moins rapidement. La personne mise à la disposition de la commune, effectuera sa mission sous le contrôle unique de la commune, qui fournit l'équipement nécessaire, matériel et produits d'entretien. Une convention est signée entre les parties. Selon les circonstances, une succession de personnes différentes pourra entretenir les locaux de la commune. Pourquoi pas, mais il faut le savoir. Les élus qui ont voté comme "un seul homme " cette mesure, ont-ils eu connaissance des tenants et aboutissants du projet proposé?

 

La commune dispose-t-elle des moyens humains qualifiés pour s'engager dans une telle responsabilité ? Je prends le risque de rappeler la gestion plus que discutable du logement de l'école.

 

À bientôt, à très bientôt.

Votre blogueur militant, agitateur d'idées, lanceur d'alerte, poil à gratter. Et aussi, colibri, bec ouvert, virevoltant à la recherche d'info pour vous la déposer à domicile.

 

Repost 0
19 octobre 2015 1 19 /10 /octobre /2015 01:10
MARTYRE TUEUR...      MARTYRE  VICTIME...
MARTYRE TUEUR...      MARTYRE  VICTIME...

VIE DONNEE...

 

            VIE OFFERTE...

 
VIE COMBLEE...
 
 
 
 
            AVANT-GOÛT
 
             D'ETERNITE!
 
 

 

MARTYRE TUEUR...      MARTYRE  VICTIME...
Repost 0
17 octobre 2015 6 17 /10 /octobre /2015 11:02
"LAUDATO SI"  TROP NOMBREUX SUR TERRE?

Chers lectrices et lecteurs, bonjour!

 

ON nous dit des tas de choses sur la population mondiale qui menace notre planète...

MALTHUS prévoyait 40 milliards d'habitants sur la planète en 2020, dans 5 ans! Si on ne limitait pas drastiquement les naissances...

MALTHUS s'est trompé! Nous seront 9 milliards en... 2050...

Je ne vais pas paraphaser plus longuement l'article du journal La Croix du 16 octobre.

Lisez-le tranquillement et faites-vous, votre opinion! Publiez en commentaires d'autres thèses trouvées ici et là. Partageons ce qui nous tient à coeur! 

 
A bientôt, à très bientôt,
 
 
 
 

 

À bientôt, à très bientôt.

Votre blogueur militant, agitateur d'idées, lanceur d'alerte, poil à gratter. Et aussi, colibri, bec ouvert, virevoltant à la recherche d'info pour vous la déposer à domicile.

"LAUDATO SI"  TROP NOMBREUX SUR TERRE?
"LAUDATO SI"  TROP NOMBREUX SUR TERRE?
"LAUDATO SI"  TROP NOMBREUX SUR TERRE?
Repost 0
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 01:58
FACTURES EAU ET ASSAINISSEMENT: ETALEMENT

Chers concitoyennes et concitoyens, bonjour !

 

Dans l'article du 22 septembre '' COMMENTAIRES À PRENDRE AU SÉRIEUX'', j'ai promis une réponse après un temps de réflexion. Je vais m'essayer à cet exercice dès aujourd'hui et dans les jours à venir.

 

''car j'aimerais que mes factures d'eau soient mieux réparties''

écrit un commentateur le 20 août dernier.

 

Qu'en dire ? Que proposer ?

 

Le coût annuel moyen d'eau et d'assaissement peut se monter à :

 

Pour 30 m3 d'eau consommée : environ : 240 €

Pour 80 m3 - - - 380 €

Pour 120 m3 - - - 500 €

Pour 150 m3 - - - 740 €

 

La municipalité pourrait, même si cela nécessite quelques travaux administratifs supplémentaires tant pour la Commune que pour la Trésorerie, mettre en place un étalement trimestriel avec ajustement annuel au quatrième paiement. La Commune et la Trésorerie ne sont-elles pas au service de la population qui assure le fonctionnement de celles-ci par l'impôt ?

 

Sur la base de ces sommes forfaitaires, chaque foyer paierait ainsi: 60€, 95€ ; 125€ ; 185€ pour les trois premiers prélèvements et le solde minoré ou majoré si besoin au quatrième prélèvement.

 

Mesdames et Messieurs les élus, à vous de décider de faciliter ou non, la vie des habitants de la commune qui vous a été confiée par le vote de mars 2014. La décision n'est pas hors de portée, elle n'est qu'une question de volonté politique.

 

Chers concitoyennes et chers concitoyens, à vous aussi de vous prendre en charge pour faire connaître aux élus votre souhait de voir étaler vos charges en quatre prélevements annuels en leur écrivant un courrier dans ce sens.

 

À bientôt, à très bientôt.

Votre blogueur militant, agitateur d'idées, lanceur d'alerte, poil à gratter. Et aussi, colibri, bec ouvert, virevoltant à la recherche d'info pour vous la déposer à domicile.

FACTURES EAU ET ASSAINISSEMENT: ETALEMENT
Repost 0
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 01:52
CLIMAT...DANGER OU NON? "LAUDATO SI" 89 -FIN

Chers lectrices et lecteurs, bonjour !

Pour ceux qui ont choisi de poursuivre la lecture de "LAUDATO SI", je vous propose aujourd'hui les numéros 245 et 246.

Avec ces numéro 245 et 246, j'arrive à la fin de la publication de ce document. J'aurai l'occasion de revenir sur ce sujet qui devient très préoccupant si on veut bien ouvrir les yeux. Il est certain qu'il est plus facile de jouer à l'autruche et se dire "après moi le déluge !". Sauf qu'après moi, viennent, mes enfants, petits enfants, voire arrières petits enfants que j'aurai connus. Et eux, ils risquent de connaître véritablement des " déluges " divers et variées, dévastateurs... Voulons-nous, chacun pour notre part, leur laisser ce cadeau mortel en guise d'héritage ?

 

Bonne lecture et prenez la parole !

À bientôt, à très bientôt.

Votre blogueur militant, agitateur d'idées, lanceur d'alerte, poil à gratter. Et aussi, colibri, bec ouvert, virevoltant à la recherche d'info pour vous la déposer à domicile.

 

CLIMAT...DANGER OU NON? "LAUDATO SI" 89 -FIN

245. Dieu qui nous appelle à un engagement généreux, et à tout donner, nous offre les forces ainsi que la lumière dont nous avons besoin pour aller de l’avant. Au cœur de ce monde, le Seigneur de la vie qui nous aime tant, continue d’être présent. Il ne nous abandonne pas, il ne nous laisse pas seuls, parce qu’il s’est définitivement uni à notre terre, et son amour nous porte toujours à trouver de nouveaux chemins. Loué soit-il.

CLIMAT...DANGER OU NON? "LAUDATO SI" 89 -FIN

246. Après cette longue réflexion, à la fois joyeuse et dramatique, je propose deux prières : l’une que nous pourrons partager, nous tous qui croyons en un Dieu Créateur Tout-Puissant ; et l’autre pour que nous, chrétiens, nous sachions assumer les engagements que nous propose l’Évangile de Jésus, en faveur de la création.

CLIMAT...DANGER OU NON? "LAUDATO SI" 89 -FIN
CLIMAT...DANGER OU NON? "LAUDATO SI" 89 -FIN
CLIMAT...DANGER OU NON? "LAUDATO SI" 89 -FIN
CLIMAT...DANGER OU NON? "LAUDATO SI" 89 -FIN
Repost 0