Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 août 2015 6 01 /08 /août /2015 19:53
BALADE À ARC ET SENANS - FORÊT DE CHAUX
BALADE À ARC ET SENANS - FORÊT DE CHAUX

lieux D’utopie (1/5) Mondialement connue depuis son inscription au patrimoine de l’Unesco en 1982, la saline royale d’Arc-et-Senans tenta d’améliorer productivité et conditions de travail

Arc-et-Senans, dernière manufacture de l’Ancien Régime

 

 Saline royale d’Arc-et-Senans, construite de 1775 à 1779 sur les plans de Claude-Nicolas Ledoux.

 

BALADE À ARC ET SENANS - FORÊT DE CHAUX
BALADE À ARC ET SENANS - FORÊT DE CHAUX

POUR EN SAVOIR BEAUCOUP PLUS, VOIR LES DOCUMENTS JOINTS EN PDF, DU JOURNAL LA CROIX DU 27 JUILLET 2015.

BALADE À ARC ET SENANS - FORÊT DE CHAUX
BALADE À ARC ET SENANS - FORÊT DE CHAUX
BALADE À ARC ET SENANS - FORÊT DE CHAUX

À l’est et la forêt de Chaux (la deuxième plus grande forêt française de feuillus de l’époque avec 22 000 hectares) au nord

 

Cette forêt  de feuillus, la deuxième de France, abrita pendant des siècles une intense activité humaine. Son bois et son sous-sol, riche en silice, constituaient une réserve inépuisable de combustible pour l'alimentation des fours et des forges. La population locale vécut ainsi de sa production de poteries, de céramiques, de verreries, de chaudronnerie et de ferronnerie. Aujourd'hui, on redécouvre cette merveilleuse forêt et les traces de cette histoire ancienne dont les célèbres colonnes guidons (classées aux Monuments Historiques en octobre 2009) rappellent que la Saline d'Arc-et-Senans est toute proche.Une forêt féérique par les contes et légendes qui naquirent de ses mystères (on dit que l'on y voit encore parfois le soir quelques fouletots faire la fête sous les fougères).Elle est également extraordinaire par la richesse de sa faune. Outre sa population de cerfs et de sangliers, la forêt abrite renards, blaireaux et belettes. Des voies forestières et des sentiers offrent au visiteur de longues balades sous la futaie majestueuse trouée parfois de clairières inondées de lumières.

BALADE À ARC ET SENANS - FORÊT DE CHAUX
BALADE À ARC ET SENANS - FORÊT DE CHAUX
BALADE À ARC ET SENANS - FORÊT DE CHAUX
BALADE À ARC ET SENANS - FORÊT DE CHAUX
BALADE À ARC ET SENANS - FORÊT DE CHAUX

UNE BELLE SORTIE PAS SI ÉLOIGNÉE...

Repost 0
31 juillet 2015 5 31 /07 /juillet /2015 19:43

Chers lectrices et lecteurs, bonjour !

Pour ceux qui ont choisi de poursuivre la lecture de "LAUDATO SI", je vous propose aujourd'hui les numéros 56 à 58.

Quelques phrases ou mots clés :

56- Spéculation Recherche du revenu financier Dégradation humaine et éthique sont intimement liées. La distraction constante nous ôte le courage de nous rendre compte de la réalité d’un monde limité et fini. Intérêts du marché divinisé, transformés en règle absolue ».

57- Il est prévisible que, face à l’épuisement de certaines ressources, se crée progressivement un scénario favorable à de nouvelles guerres, déguisées en revendications nobles.

58- Dans certains pays, il y a des exemples positifs de réussites dans les améliorations de l’environnement

Bonne lecture et prenez la parole !

À bientôt, à très bientôt.

Votre blogueur de service, agitateur d'idées, lanceur d'alerte, poil à gratter. Et aussi, colibri, bec ouvert, virevoltant à la recherche d'info pour vous la déposer à domicile.

CLIMAT... DANGER OU NON? "LAUDATO SI" 21

56. Pendant ce temps, les pouvoirs économiques continuent de justifier le système mondial actuel, où priment une spéculation et une recherche du revenu financier qui tendent à ignorer tout contexte, de même que les effets sur la dignité humaine et sur l’environnement. Ainsi, il devient manifeste que la dégradation de l’environnement comme la dégradation humaine et éthique sont intimement liées. Beaucoup diront qu’ils n’ont pas conscience de réaliser des actions immorales, parce que la distraction constante nous ôte le courage de nous rendre compte de la réalité d’un monde limité et fini. Voilà pourquoi aujourd’hui « tout ce qui est fragile, comme l’environnement, reste sans défense par rapport aux intérêts du marché divinisé, transformés en règle absolue ». (33)

CLIMAT... DANGER OU NON? "LAUDATO SI" 21

57. Il est prévisible que, face à l’épuisement de certaines ressources, se crée progressivement un scénario favorable à de nouvelles guerres, déguisées en revendications nobles. La guerre produit toujours de graves dommages à l’environnement comme à la richesse culturelle des populations, et les risques deviennent gigantesques quand on pense aux armes nucléaires ainsi qu’aux armes biologiques. En effet, « malgré l’interdiction par des accords internationaux de la guerre chimique, bactériologique et biologique, en réalité la recherche continue dans les laboratoires pour développer de nouvelles armes offensives capables d’altérer les équilibres naturels ». (34) Une plus grande attention est requise de la part de la politique pour prévenir et pour s’attaquer aux causes qui peuvent provoquer de nouveaux conflits. Mais c’est le pouvoir lié aux secteurs financiers qui résiste le plus à cet effort, et les projets politiques n’ont pas habituellement de largeur de vue. Pourquoi veut-on préserver aujourd’hui un pouvoir qui laissera dans l’histoire le souvenir de son incapacité à intervenir quand il était urgent et nécessaire de le faire ?

CLIMAT... DANGER OU NON? "LAUDATO SI" 21

58. Dans certains pays, il y a des exemples positifs de réussites dans les améliorations de l’environnement tels que l’assainissement de certaines rivières polluées durant de nombreuses décennies, ou la récupération de forêts autochtones, ou l’embellissement de paysages grâce à des œuvres d’assainissement environnemental, ou des projets de construction de bâtiments de grande valeur esthétique, ou encore, par exemple, grâce à des progrès dans la production d’énergie non polluante, dans les améliorations du transport public. Ces actions ne résolvent pas les problèmes globaux, mais elles confirment que l’être humain est encore capable d’intervenir positivement. Comme il a été créé pour aimer, du milieu de ses limites, jaillissent inévitablement des gestes de générosité, de solidarité et d’attention.

Repost 0
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 19:20

Chers lectrices et lecteurs, bonjour !

Pour ceux qui ont choisi de poursuivre la lecture de "LAUDATO SI", je vous propose aujourd'hui les numéros 53 à 55.

Quelques phrases ou mots clés :

53- Il devient indispensable de créer un système normatif qui implique des limites infranchissables et assure la protection des écosystèmes, avant que les nouvelles formes de pouvoir dérivées du paradigme techno-économique ne finissent par raser non seulement la politique mais aussi la liberté et la justice.

54-Il y a trop d’intérêts particuliers, et très facilement l’intérêt économique arrive à prévaloir sur le bien commun et à manipuler l’information pour ne pas voir affectés ses projets.

55- Les marchés, en cherchant un gain immédiat, stimulent encore plus la demande. Si quelqu’un observait de l’extérieur la société planétaire, il s’étonnerait face à un tel comportement qui semble parfois suicidaire.

Bonne lecture et prenez la parole !

À bientôt, à très bientôt.

Votre blogueur de service, agitateur d'idées, lanceur d'alerte, poil à gratter. Et aussi, colibri, bec ouvert, virevoltant à la recherche d'info pour vous la déposer à domicile.

 Gémissements de sœur terre.

 

Gémissement des abandonnés du monde.

 

 

VI. La faiblesse des réactions.

53. Ces situations provoquent les gémissements de sœur terre, qui se joignent au gémissement des abandonnés du monde, dans une clameur exigeant de nous une autre direction. Nous n’avons jamais autant maltraité ni fait de mal à notre maison commune qu’en ces deux derniers siècles. Mais nous sommes appelés à être les instruments de Dieu le Père pour que notre planète soit ce qu’il a rêvé en la créant, et pour qu’elle réponde à son projet de paix, de beauté et de plénitude. Le problème est que nous n’avons pas encore la culture nécessaire pour faire face à cette crise ; et il faut construire des leaderships qui tracent des chemins, en cherchant à répondre aux besoins des générations actuelles comme en incluant tout le monde, sans nuire aux générations futures. Il devient indispensable de créer un système normatif qui implique des limites infranchissables et assure la protection des écosystèmes, avant que les nouvelles formes de pouvoir dérivées du paradigme techno-économique ne finissent par raser non seulement la politique mais aussi la liberté et la justice.

 

Trop d’intérêts particuliers.

 

Manipuler l’information pour ne pas voir.

 

54. La faiblesse de la réaction politique internationale est frappante. La soumission de la politique à la technologie et aux finances se révèle dans l’échec des Sommets mondiaux sur l’environnement. Il y a trop d’intérêts particuliers, et très facilement l’intérêt économique arrive à prévaloir sur le bien commun et à manipuler l’information pour ne pas voir affectés ses projets. En ce sens, le Document d’Aparecida réclame que « dans les interventions sur les ressources naturelles ne prédominent pas les intérêts des groupes économiques qui ravagent déraisonnablement les sources de la vie ». (32) L’alliance entre l’économie et la technologie finit par laisser de côté ce qui ne fait pas partie de leurs intérêts immédiats. Ainsi, on peut seulement s’attendre à quelques déclarations superficielles, quelques actions philanthropiques isolées, voire des efforts pour montrer une sensibilité envers l’environnement, quand, en réalité, toute tentative des organisations sociales pour modifier les choses sera vue comme une gêne provoquée par des utopistes romantiques ou comme un obstacle à contourner.

 

Gain immédiat.

 

Comportement suicidaire. 

55. Peu à peu certains pays peuvent enregistrer des progrès importants, le développement de contrôles plus efficaces et une lutte plus sincère contre la corruption. Il y a plus de sensibilité écologique de la part des populations, bien que cela ne suffise pas pour modifier les habitudes nuisibles de consommation, qui ne semblent pas céder mais s’amplifient et se développent. C’est ce qui arrive, pour donner seulement un exemple simple, avec l’augmentation croissante de l’utilisation et de l’intensité des climatiseurs. Les marchés, en cherchant un gain immédiat, stimulent encore plus la demande. Si quelqu’un observait de l’extérieur la société planétaire, il s’étonnerait face à un tel comportement qui semble parfois suicidaire.

Repost 0
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 19:36

Chers lectrices et lecteurs, bonjour !

Pour ceux qui ont choisi de poursuivre la lecture de "LAUDATO SI", je vous propose aujourd'hui les numéros 51 et 52.

Quelques phrases ou mots clés :

50- et par l’activité polluante d’entreprises qui s’autorisent dans les pays moins développés ce qu’elles ne peuvent dans les pays qui leur apportent le capital :

52- on doit se concentrer « spécialement sur les besoins des pauvres, des faibles et des vulnérables, dans un débat souvent dominé par les intérêts les plus puissants »

Bonne lecture et prenez la parole !

À bientôt, à très bientôt.

Votre blogueur de service, agitateur d'idées, lanceur d'alerte, poil à gratter. Et aussi, colibri, bec ouvert, virevoltant à la recherche d'info pour vous la déposer à domicile.

CLIMAT... DANGER OU NON?  "LAUDATO SI"  19

51. L’inégalité n’affecte pas seulement les individus, mais aussi des pays entiers, et oblige à penser à une éthique des relations internationales. Il y a, en effet, une vraie “dette écologique”, particulièrement entre le Nord et le Sud, liée à des déséquilibres commerciaux, avec des conséquences dans le domaine écologique, et liée aussi à l’utilisation disproportionnée des ressources naturelles, historiquement pratiquée par certains pays. Les exportations de diverses matières premières pour satisfaire les marchés du Nord industrialisé ont causé des dommages locaux, comme la pollution par le mercure dans l’exploitation de l’or ou par le dioxyde de soufre dans l’exploitation du cuivre. Il faut spécialement tenir compte de l’utilisation de l’espace environnemental de toute la planète, quand il s’agit de stocker les déchets gazeux qui se sont accumulés durant deux siècles et ont généré une situation qui affecte actuellement tous les pays du monde. Le réchauffement causé par l’énorme consommation de certains pays riches a des répercussions sur les régions les plus pauvres de la terre, spécialement en Afrique, où l’augmentation de la température jointe à la sécheresse fait des ravages au détriment du rendement des cultures. À cela, s’ajoutent les dégâts causés par l’exportation vers les pays en développement des déchets solides ainsi que de liquides toxiques, et par l’activité polluante d’entreprises qui s’autorisent dans les pays moins développés ce qu’elles ne peuvent dans les pays qui leur apportent le capital : « Nous constatons que souvent les entreprises qui agissent ainsi sont des multinationales, qui font ici ce qu’on ne leur permet pas dans des pays développés ou du dénommé premier monde. Généralement, en cessant leurs activités et en se retirant, elles laissent de grands passifs humains et environnementaux tels que le chômage, des populations sans vie, l’épuisement de certaines réserves naturelles, la déforestation, l’appauvrissement de l’agriculture et de l’élevage local, des cratères, des coteaux triturés, des fleuves contaminés et quelques œuvres sociales qu’on ne peut plus maintenir ». (30)

CLIMAT... DANGER OU NON?  "LAUDATO SI"  19

52. La dette extérieure des pays pauvres s’est transformée en un instrument de contrôle, mais il n’en est pas de même avec la dette écologique. De diverses manières, les peuples en développement, où se trouvent les plus importantes réserves de la biosphère, continuent d’alimenter le développement des pays les plus riches au prix de leur présent et de leur avenir. La terre des pauvres du Sud est riche et peu polluée, mais l’accès à la propriété des biens et aux ressources pour satisfaire les besoins vitaux leur est interdit par un système de relations commerciales et de propriété structurellement pervers. Il faut que les pays développés contribuent à solder cette dette, en limitant de manière significative la consommation de l’énergie non renouvelable et en apportant des ressources aux pays qui ont le plus de besoins, pour soutenir des politiques et des programmes de développement durable. Les régions et les pays les plus pauvres ont moins de possibilités pour adopter de nouveaux modèles en vue de réduire l’impact des activités de l’homme sur l’environnement, parce qu’ils n’ont pas la formation pour développer les processus nécessaires, et ils ne peuvent pas en assumer les coûts. C’est pourquoi il faut maintenir claire la conscience que, dans le changement climatique, il y a des responsabilités diversifiées et, comme l’ont exprimé les Évêques des États-Unis, on doit se concentrer « spécialement sur les besoins des pauvres, des faibles et des vulnérables, dans un débat souvent dominé par les intérêts les plus puissants ». (31) Nous avons besoin de renforcer la conscience que nous sommes une seule famille humaine. Il n’y a pas de frontières ni de barrières politiques ou sociales qui nous permettent de nous isoler, et pour cela même il n’y a pas non plus de place pour la globalisation de l’indifférence.

Repost 0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 19:02

Chers lectrices et lecteurs, bonjour !

Pour ceux qui ont choisi de poursuivre la lecture de "LAUDATO SI", je vous propose aujourd'hui les numéros 48 à 50.

Quelques phrases ou mots clés :

48- « Tant l’expérience commune de la vie ordinaire que l’investigation scientifique démontrent que ce sont les pauvres qui souffrent davantage des plus graves effets de toutes les agressions environnementales »

49- Je voudrais faire remarquer que souvent on n’a pas une conscience claire des problèmes qui affectent particulièrement les exclus. Ils sont la majeure partie de la planète, des milliers de millions de personnes.

50- On prétend légitimer ainsi le modèle de distribution actuel où une minorité se croit le droit de consommer dans une proportion qu’il serait impossible de généraliser, parce que la planète ne pourrait même pas contenir les déchets d’une telle consommation.

Bonne lecture et prenez la parole !

À bientôt, à très bientôt.

Votre blogueur de service, agitateur d'idées, lanceur d'alerte, poil à gratter. Et aussi, colibri, bec ouvert, virevoltant à la recherche d'info pour vous la déposer à domicile.

CLIMAT... DANGER OU NON? "LAUDATO SI" 18

V. Inégalité planétaire

48. L’environnement humain et l’environnement naturel se dégradent ensemble, et nous ne pourrons pas affronter adéquatement la dégradation de l’environnement si nous ne prêtons pas attention aux causes qui sont en rapport avec la dégradation humaine et sociale. De fait, la détérioration de l’environnement et celle de la société affectent d’une manière spéciale les plus faibles de la planète : « Tant l’expérience commune de la vie ordinaire que l’investigation scientifique démontrent que ce sont les pauvres qui souffrent davantage des plus graves effets de toutes les agressions environnementales ». (26) Par exemple, l’épuisement des réserves de poissons nuit spécialement à ceux qui vivent de la pêche artisanale et n’ont pas les moyens de la remplacer ; la pollution de l’eau touche particulièrement les plus pauvres qui n’ont pas la possibilité d’acheter de l’eau en bouteille, et l’élévation du niveau de la mer affecte principalement les populations côtières appauvries qui n’ont pas où se déplacer. L’impact des dérèglements actuels se manifeste aussi à travers la mort prématurée de beaucoup de pauvres, dans les conflits générés par manque de ressources et à travers beaucoup d’autres problèmes qui n’ont pas assez d’espace dans les agendas du monde. (27)

CLIMAT... DANGER OU NON? "LAUDATO SI" 18

49. Je voudrais faire remarquer que souvent on n’a pas une conscience claire des problèmes qui affectent particulièrement les exclus. Ils sont la majeure partie de la planète, des milliers de millions de personnes. Aujourd’hui, ils sont présents dans les débats politiques et économiques internationaux, mais il semble souvent que leurs problèmes se posent comme un appendice, comme une question qui s’ajoute presque par obligation ou de manière marginale, quand on ne les considère pas comme un pur dommage collatéral. De fait, au moment de l’action concrète, ils sont relégués fréquemment à la dernière place. Cela est dû en partie au fait que beaucoup de professionnels, de leaders d’opinion, de moyens de communication et de centres de pouvoir sont situés loin d’eux, dans des zones urbaines isolées, sans contact direct avec les problèmes des exclus. Ceux-là vivent et réfléchissent à partir de la commodité d’un niveau de développement et à partir d’une qualité de vie qui ne sont pas à la portée de la majorité de la population mondiale. Ce manque de contact physique et de rencontre, parfois favorisé par la désintégration de nos villes, aide à tranquilliser la conscience et à occulter une partie de la réalité par des analyses biaisées. Ceci cohabite parfois avec un discours “vert”. Mais aujourd’hui, nous ne pouvons pas nous empêcher de reconnaître qu’ une vraie approche écologique se transforme toujours en une approche sociale , qui doit intégrer la justice dans les discussions sur l’environnement, pour écouter tant la clameur de la terre que la clameur des pauvres .

CLIMAT... DANGER OU NON? "LAUDATO SI" 18

50. Au lieu de résoudre les problèmes des pauvres et de penser à un monde différent, certains se contentent seulement de proposer une réduction de la natalité. Les pressions internationales sur les pays en développement ne manquent pas, conditionnant des aides économiques à certaines politiques de “santé reproductive”. Mais « s’il est vrai que la répartition inégale de la population et des ressources disponibles crée des obstacles au développement et à l’utilisation durable de l’environnement, il faut reconnaître que la croissance démographique est pleinement compatible avec un développement intégral et solidaire ». (28) Accuser l’augmentation de la population et non le consumérisme extrême et sélectif de certains est une façon de ne pas affronter les problèmes. On prétend légitimer ainsi le modèle de distribution actuel où une minorité se croit le droit de consommer dans une proportion qu’il serait impossible de généraliser, parce que la planète ne pourrait même pas contenir les déchets d’une telle consommation. En outre, nous savons qu’on gaspille approximativement un tiers des aliments qui sont produits, et « que lorsque l’on jette de la nourriture, c’est comme si l’on volait la nourriture à la table du pauvre ». (29) De toute façon, il est certain qu’il faut prêter attention au déséquilibre de la distribution de la population sur le territoire, tant au niveau national qu’au niveau global, parce que l’augmentation de la consommation conduirait à des situations régionales complexes, à cause des combinaisons de problèmes liés à la pollution environnementale, au transport, au traitement des déchets, à la perte de ressources et à la qualité de vie, entre autres.

Repost 0
27 juillet 2015 1 27 /07 /juillet /2015 20:22
SAMEDI 25 JUILLET A VILLEY - 2 MANIFESTATIONS

Votre blogueur et néanmoins "Pèlerin de l'an 2000" a organisé chez lui, trois présentations du diaporama de son pèlerinage  à Compostelle en 2000 comme chacun en a été informé.

Sept personnes se sont réjouient de voir ou revoir les 135 photos et entendre ou réentendre autant de commentaires tirés des 3 carnets de notes prises alors.

 

SAMEDI 25 JUILLET A VILLEY - 2 MANIFESTATIONS
SAMEDI 25 JUILLET A VILLEY - 2 MANIFESTATIONS

À 11 h se déroulait l'inauguration du monument aux morts récemment rénové ainsi que vous avez pu le voir en passant à pied ou en voiture et sur les photos diffusées sur ce blog.

La cérémonie était suivie d'un apéritif.

Votre blogueur serait très heureux de publier photos et commentaires de cette manifestation.

Fichier à adresser à: lepelerin2000@orange.fr

Comme le disait à une certaine époque... l'Entreprise dans laquelle je travaillais

 

                                "CONJUGONS NOS TALENTS!"

Repost 0
27 juillet 2015 1 27 /07 /juillet /2015 20:05

Chers lectrices et lecteurs, bonjour !

Pour ceux qui ont choisi de poursuivre la lecture de "LAUDATO SI", je vous propose aujourd'hui le numéro 47. 

Ce numéro 47, nous concerne tous. Votre blogueur lui-même s'interroge et ce n'est pas la première fois sur l'utilité d'un tel moyen de communication. Quel autre moyen d'expression? 

Bien des questions se posent en effet. Quelles relations réelles, vraies et empreintes d'humanité se développent au sein d'une communauté villageoise, telle que la nôtre.

Se rencontrer lors des manifestations locales, prendre le verre de l'amitié ensemble, disputer un tournoi de pétanque, participer à une promenade amicale, célébrer la fête de la musique etc, etc, sont bonnes en elles-mêmes et elles doivent perdurer. Mais sont-elles à même de créer des liens, faire en sorte qu'on se connaisse mieux, qu'on se reconnaisse? Qu'on dépasse nos différences, nos options divergentes pour en faire une richesse ?

Y-a-t-il désir des uns et des autres, d'aller vers l'échange ?

Rien ne se décrète ! Le bien vivre ensemble est à construire par chacun. En a-t-on envie ? Sous quelle forme ?

Bonne lecture et prenez la parole !

À bientôt, à très bientôt.

Votre blogueur de service, agitateur d'idées, lanceur d'alerte, poil à gratter. Et aussi, colibri, bec ouvert, virevoltant à la recherche d'info pour vous la déposer à domicile.

CLIMAT... DANGER OU NON? "LAUDATO SI" 17

47. À cela s’ajoutent les dynamiques des moyens de communication sociale et du monde digital, qui, en devenant omniprésentes, ne favorisent pas le développement d’une capacité de vivre avec sagesse, de penser en profondeur, d’aimer avec générosité. Les grands sages du passé, dans ce contexte, auraient couru le risque de voir s’éteindre leur sagesse au milieu du bruit de l’information qui devient divertissement. Cela exige de nous un effort pour que ces moyens de communication se traduisent par un nouveau développement culturel de l’humanité, et non par une détérioration de sa richesse la plus profonde. La vraie sagesse, fruit de la réflexion, du dialogue et de la rencontre généreuse entre les personnes, ne s’obtient pas par une pure accumulation de données qui finissent par saturer et obnubiler, comme une espèce de pollution mentale. En même temps, les relations réelles avec les autres tendent à être substituées, avec tous les défis que cela implique, par un type de communication transitant par Internet. Cela permet de sélectionner ou d’éliminer les relations selon notre libre arbitre, et il naît ainsi un nouveau type d’émotions artificielles, qui ont plus à voir avec des dispositifs et des écrans qu’avec les personnes et la nature. Les moyens actuels nous permettent de communiquer et de partager des connaissances et des sentiments. Cependant, ils nous empêchent aussi parfois d’entrer en contact direct avec la détresse, l’inquiétude, la joie de l’autre et avec la complexité de son expérience personnelle. C’est pourquoi nous ne devrions pas nous étonner qu’avec l’offre écrasante de ces produits se développe une profonde et mélancolique insatisfaction dans les relations interpersonnelles, ou un isolement dommageable.

CLIMAT... DANGER OU NON? "LAUDATO SI" 17
Repost 0
26 juillet 2015 7 26 /07 /juillet /2015 19:34

Chers lectrices et lecteurs, Bonjour!

Mercredi 23 juillet, vers midi un groupe de huit scoutes s'est présenté à la porte du 3 rue du Château, cherchant un gîte pour la nuit.

Votre serviteur les a dirigés vers la municipalité pour être accueilli à la salle municipale si cela était possible, comme cela se fait généralement en premier ressort, sachant qu'ils pourraient revenir au 3 rue du Château dans le cas contraire.

La salle étant apprêtée pour une manifestation, l'accueil n'a pas été possible. Nos amis ont donc fait demi tour et se sont installés dans un grenier pour y passer la nuit. Un WC et un point d'eau étaient naturellement à leur disposition ainsi que les espaces cour et jardin.

Que tous les habitants sollicités en porte à porte, pour donner quelques victuailles aux jeunes chargés de cette démarche pas facile sans doute, soient remerciés encore. 

Tous les villages environnant le camp de base de Selongey ont été visités comme Villey.

Un petit reportage photos pour le plaisir de chacun.

C'est finalement une belle expérience pour tous, accueillis et accueillants, et pour le village tout entier!

À bientôt, à très bientôt.

Votre blogueur de service, agitateur d'idées, lanceur d'alerte, poil à gratter. Et aussi, colibri, bec ouvert, virevoltant à la recherche d'info pour vous la déposer à domicile. 

UNE TROUPE DE SCOUTES À VILLEY MERCREDI
UNE TROUPE DE SCOUTES À VILLEY MERCREDI
UNE TROUPE DE SCOUTES À VILLEY MERCREDI
UNE TROUPE DE SCOUTES À VILLEY MERCREDI
UNE TROUPE DE SCOUTES À VILLEY MERCREDI
UNE TROUPE DE SCOUTES À VILLEY MERCREDI
UNE TROUPE DE SCOUTES À VILLEY MERCREDI
UNE TROUPE DE SCOUTES À VILLEY MERCREDI
UNE TROUPE DE SCOUTES À VILLEY MERCREDI
UNE TROUPE DE SCOUTES À VILLEY MERCREDI

Dans le journal La Croix du 23 juillet, un article traitait de la pédagogie du scoutisme plutôt bien considérée aujourd'hui, si j'ai bien compris. Prenez-en connaissance si vous le souhaitez.

UNE TROUPE DE SCOUTES À VILLEY MERCREDI
Repost 0
26 juillet 2015 7 26 /07 /juillet /2015 06:06

Chers lectrices et lecteurs, bonjour !

Pour ceux qui ont choisi de poursuivre la lecture de "LAUDATO SI", je vous propose aujourd'hui les numéros 43 à 46.

Quelques phrases ou mots clés :

43- l'être humain est aussi une créature de ce monde, qui a le droit de vivre et d’être heureux

44- villes qui sont devenues insalubres pour y vivre. Privés du contact physique avec la nature.

45- urbanisations “écologiques” seulement au service de quelques-uns, en évitant que les autres entrent pour perturber une tranquillité artificielle.

46- l’inégalité dans la disponibilité et la consommation d’énergie et d’autres services- fragmentation sociale- agressivité sociale- vraie dégradation sociale- rupture silencieuse des liens d’intégration et de communion sociale.

Bonne lecture et prenez la parole !

À bientôt, à très bientôt.

Votre blogueur de service, agitateur d'idées, lanceur d'alerte, poil à gratter. Et aussi, colibri, bec ouvert, virevoltant à la recherche d'info pour vous la déposer à domicile.

CLIMAT... DANGER OU NON? "LAUDATO SI" 16

IV. Détérioration de la qualité de la vie humaine et dégradation sociale

43. Si nous tenons compte du fait que l’être humain est aussi une créature de ce monde, qui a le droit de vivre et d’être heureux, et qui de plus a une dignité éminente, nous ne pouvons pas ne pas prendre en considération les effets de la dégradation de l’environnement, du modèle actuel de développement et de la culture du déchet, sur la vie des personnes.

44. Aujourd’hui nous observons, par exemple, la croissance démesurée et désordonnée de beaucoup de villes qui sont devenues insalubres pour y vivre, non seulement du fait de la pollution causée par les émissions toxiques, mais aussi à cause du chaos urbain, des problèmes de transport, et de la pollution visuelle ainsi que sonore. Beaucoup de villes sont de grandes structures inefficaces qui consomment énergie et eau en excès. Certains quartiers, bien que récemment construits, sont congestionnés et désordonnés, sans espaces verts suffisants. Les habitants de cette planète ne sont pas faits pour vivre en étant toujours plus envahis par le ciment, l’asphalte, le verre et les métaux, privés du contact physique avec la nature.

 

CLIMAT... DANGER OU NON? "LAUDATO SI" 16

45. À certains endroits, en campagne comme en ville, la privatisation des espaces a rendu difficile l’accès des citoyens à des zones particulièrement belles. À d’autres endroits, on crée des urbanisations “écologiques” seulement au service de quelques-uns, en évitant que les autres entrent pour perturber une tranquillité artificielle. Une ville belle et pleine d’espaces verts bien protégés se trouve ordinairement dans certaines zones “sûres”, mais beaucoup moins dans des zones peu visibles, où vivent les marginalisés de la société.

 

CLIMAT... DANGER OU NON? "LAUDATO SI" 16

46. Parmi les composantes sociales du changement global figurent les effets de certaines innovations technologiques sur le travail, l’exclusion sociale, l’inégalité dans la disponibilité et la consommation d’énergie et d’autres services, la fragmentation sociale, l’augmentation de la violence et l’émergence de nouvelles formes d’agressivité sociale, le narcotrafic et la consommation croissante de drogues chez les plus jeunes, la perte d’identité. Ce sont des signes, parmi d’autres, qui montrent que la croissance de ces deux derniers siècles n’a pas signifié sous tous ses aspects un vrai progrès intégral ni une amélioration de la qualité de vie. Certains de ces signes sont en même temps des symptômes d’une vraie dégradation sociale, d’une rupture silencieuse des liens d’intégration et de communion sociale.

Repost 0
24 juillet 2015 5 24 /07 /juillet /2015 20:25

Chers lectrices et lecteurs, bonjour !

Pour ceux qui ont choisi de poursuivre la lecture de "LAUDATO SI", je vous propose aujourd'hui les numéros 41 à 42.

Quelques phrases clés :

41- « Qui a transformé le merveilleux monde marin en cimetières sous-marins dépourvus de vie et de couleurs ? ».

42- En effet, toutes les créatures sont liées, chacune doit être valorisée avec affection et admiration, et tous en tant qu’êtres, nous avons besoin les uns des autres.

Bonne lecture et prenez la parole !

À bientôt, à très bientôt.

Votre blogueur de service, agitateur d'idées, lanceur d'alerte, poil à gratter. Et aussi, colibri, bec ouvert, virevoltant à la recherche d'info pour vous la déposer à domicile

CLIMAT... DANGER OU NON?  "LAUDATO SI"  15

41. En pénétrant dans les mers tropicales et subtropicales, nous trouvons les barrières de corail, qui équivalent aux grandes forêts de la terre, parce qu’elles hébergent approximativement un million d’espèces, incluant des poissons, des crabes, des mollusques, des éponges, des algues, et autres. Déjà, beaucoup de barrières de corail dans le monde sont aujourd’hui stériles ou déclinent continuellement : « Qui a transformé le merveilleux monde marin en cimetières sous-marins dépourvus de vie et de couleurs ? ». (25) Ce phénomène est dû en grande partie à la pollution qui atteint la mer, résultat de la déforestation, des monocultures agricoles, des déchets industriels et des méthodes destructives de pêche, spécialement celles qui utilisent le cyanure et la dynamite. Il s’aggrave à cause de l’élévation de la température des océans. Tout cela nous aide à réaliser comment n’importe quelle action sur la nature peut avoir des conséquences que nous ne soupçonnons pas à première vue, et que certaines formes d’exploitation de ressources se font au prix d’une dégradation qui finalement atteint même le fond des océans.

CLIMAT... DANGER OU NON?  "LAUDATO SI"  15

42. Il est nécessaire d’investir beaucoup plus dans la recherche pour mieux comprendre le comportement des écosystèmes et analyser adéquatement les divers paramètres de l’impact de toute modification importante de l’environnement. En effet, toutes les créatures sont liées, chacune doit être valorisée avec affection et admiration, et tous en tant qu’êtres, nous avons besoin les uns des autres. Chaque territoire a une responsabilité dans la sauvegarde de cette famille et devrait donc faire un inventaire détaillé des espèces qu’il héberge, afin de développer des programmes et des stratégies de protection, en préservant avec un soin particulier les espèces en voie d’extinction.

Repost 0